Le devenir d’Yvelines Première

A l’occasion du conseil municipal du 5 juillet 2017, Pascal Leprêtre, conseiller municipal de la liste PLUS a interrogé le maire au sujet du risque de disparition de la chaîne locale Yvelines 1ère.

« Yvelines 1ère est une chaine qui a été créée en 1989 par Michel Péricard alors maire de St Germain en Laye. Elle diffuse ses programmes depuis cette date. Aujourd’hui avec les box et internet son accès est beaucoup plus facile et son potentiel d’audience bien plus important qu’il y a 30 ans où sa diffusion ne se faisait que par le réseau câblé.

Hier 4 juillet, le comité syndical du SIDECOM s’est réuni pour décider de l’avenir de la chaîne Yvelines 1ère. La presse a évoqué son éventuelle disparition motivée par des difficultés financières liées au fait que certaines collectivités ou intercommunalités comme la Communauté d’agglomération St Germain boucle de Seine souhaitaient se désengager de leur financement au fonctionnement de cette chaine.

Cette chaine de TV locale constitue une véritable richesse de notre territoire de par la qualité de ses programmes qui traitent de l’actualité locale et en particulier de la vie de notre commune. Elle est indéniablement un outil qui fait vivre aussi une certaine forme de démocratie dans notre territoire en permettant une information objective et pluraliste sur les projets et les réalisations des différents acteurs locaux qu’ils s’agissent des collectivités territoriales, des entreprises, des associations ou des citoyens.

Bien que conscient de ses difficultés financières, sa disparition serait à mon sens une grave erreur. C’est la raison pour laquelle je soutiens toutes les initiatives qui visent à faire vivre cette chaine.

Je souhaiterais connaitre la position du maire de Louveciennes quant au devenir de cette chaine et les initiatives qu’il entend prendre ou défendre pour faire perdurer son activité« .

A cette question le maire a répondu ne pas avoir eu le temps de se pencher sur les résultats de la chaîne, mais qu’il fallait sans doute repenser son modèle économique en envisageant une mutualisation avec d’autres chaînes locales. Réponse pour le moins floue dans laquelle il n’a pas fait preuve d’une implication forte sur ce dossier.