Retour sur le conseil municipal du 10 avril 2019 : budget, impôts, vidéo protection…

Retour sur le conseil municipal du 10 avril 2019 : budget, impôts, vidéo protection…

Le budget 2019

Ce conseil municipal était principalement consacré au vote du budget de l’année 2019.

La liste PLUS par la voix de son conseiller municipal Pascal Leprêtre a voté contre ce budget.

Résultat des votes :

23 voix POUR : majorité municipale « Louveciennes Demain » LR

7 voix CONTRE : 5 voix « Union pour Louveciennes » UDI/Modem + 1 voix (élu indépendant) + 1 voix « Pour Louveciennes Unie et Solidaire »

Vote des taux d’imposition 2019

Le maire LR Pierre-François Viard a proposé le maintien des taux des impôts locaux pour 2019. Après avoir augmenté de plus de 12% les impôts locaux en 2016, la liste PLUS estime que la situation financière de la commune permet désormais de revenir sur cette augmentation. C’est ce qu’elle a proposé au maire.

Résultat des votes :

21 voix POUR : majorité municipale « Louveciennes Demain » LR

7 abstentions : 5 voix « Union pour Louveciennes » UDI/Modem + 1 voix majorité municipale « Louveciennes Demain » LR* + 1 voix (élu indépendant)

1 voix CONTRE : « Pour Louveciennes Unie et Solidaire »

Vidéo protection

Le maire et sa majorité LR ont proposé l’installation de nouvelles caméras de vidéo-protection, ainsi que le remplacement des caméras installées par la majorité précédente en 2013, pour un coût de 170.000 € en 2019, auquel il faut ajouter le budget d’armement de la police municipale qui s’élève à 96.790 €, principalement consacré à la sécurisation du local de la police municipale. Avec le budget complémentaire de 170.000 € prévu pour 2020, les contribuables Louveciennes paieront au total 436.790 € pour un dispositif dont on peut sérieusement douter de l’efficacité.

Résultat des votes :

22 voix POUR : majorité municipale « Louveciennes Demain » LR

6 abstentions : 5 voix « Union pour Louveciennes » UDI/Modem + 1 voix (élu indépendant)

1 voix CONTRE : « Pour Louveciennes Unie et Solidaire »

 

* Il est à noter que la majorité municipale LR se délite petit à petit. Après la défection d’un élu majoritaire il y a maintenant plus d’une année, un autre élu majoritaire s’est désolidarisé de sa liste en votant contre la délibération sur les taux d’imposition. D’autres élus majoritaires ont par ailleurs manifesté ouvertement leur soutien à la liste LREM pour l’élection européenne du 26 mai.

Débat d’orientations budgétaires, sectorisation scolaire…retour sur le conseil municipal du 21 mars 2019

Débat d’orientations budgétaires, sectorisation scolaire…retour sur le conseil municipal du 21 mars 2019

  1. Ce conseil municipal était principalement consacré au débat d’orientations budgétaires.

A cette occasion, notre conseiller municipal a fait une déclaration dans laquelle

– il a mentionné que les prévisions budgétaires du maire LR de Louveciennes ne semblent pas réalistes au regard de l’exécution du budget de l’an passé ;

– il a suggéré au maire d’envisager une réduction des impôts locaux dès cette année compte tenu de la diminution importante de la charge d’emprunt et du très important résultat excédentaire du budget de fonctionnement 2018.

– il s’est félicité de voir enfin programmés un aménagement de pistes cyclable le long de la route de Versailles et des travaux d’accessibilité pour les personnes handicapées.

(Lire l’intégralité de l’intervention de Pascal Leprêtre ci-dessous)

Compte tenu de ces éléments Pascal Leprêtre a voté CONTRE ces orientations budgétaires.

Celles-ci ont néanmoins été adoptées.

Détail des votes  :

22 voix POUR : liste de la majorité LR « Louveciennes Demain »

6 abstentions : liste UDI – Modem « Union pour Louveciennes » + un élu indépendant

1 voix CONTRE : Pascal Leprêtre – « Pour Louveciennes Unie et Solidaire »

 

  1. Sectorisation scolaire

Une nouvelle sectorisation scolaire a été proposée au conseil municipal pour rattacher la partie basse des Plains Champs au groupe scolaire Doumer et la partie haute au groupe scolaire Leclerc.

Pascal Leprêtre a fait remarquer au maire que cette sectorisation intervient bien tard et a rappelé qu’il avait demandé une nouvelle sectorisation l’an passé afin notamment d’anticiper sur le risque de fermeture de classe en maternelle à l’école Leclerc.

Résultat des votes :

23 voix POUR : liste de la majorité LR « Louveciennes Demain » + un élu indépendant

6 abstentions : liste UDI – Modem « Union pour Louveciennes » + Pascal Leprêtre – « Pour Louveciennes Unie et Solidaire »)

 

Intervention de Pascal Leprêtre dans le cadre du débat d’orientations budgétaires

Monsieur le Maire, chers collègues,

Je souhaiterais rappeler en préambule que le rapport d’orientations budgétaires est censé couvrir trois années budgétaires, 2019, 2020 et 2021. Comme les années précédentes le rapport 2019 est principalement une présentation anticipée du budget de l’année en cours, qui sera très prochainement soumis au vote du conseil municipal.

Le budget 2020 n’est évoqué qu’au travers de quelques dépenses chiffrées d’investissement. Quant au budget 2021, il est inexistant dans ce document. Le
rapport 2018 avait au moins le mérite de présenter un tableau prévisionnel d’investissements pour les années 2018, 2019 et 2020.

Au-delà de cette remarque générale je constate des écarts très importants entre le réalisé et la prévision pour l’année 2018. Les recettes réelles de fonctionnement ont été supérieures de 910.000 € à la prévision du budget primitif, soit environ +7,2 %.

Quant aux dépense réelles de fonctionnement elles sont inférieures de 1.208.000 € à la prévision, soit environ -7,7 %. Il en va de même pour l’investissement dont les recettes réelles ont été supérieures de 232.000 € par rapport à la prévision, et les dépenses réelles inférieures de 2.292.000 €, toujours par rapport à la prévision. Cela dégage au total une marge de 2,1 millions d’euros sur le budget de fonctionnement et de 2,5 millions d’euros sur le budget d’investissement. Une partie de ces marges a été utilisée pour combler le déficit de recettes d’investissement, qui s’élève à 1.289.000 € en réalisé. Il reste toutefois une marge substantielle de l’ordre de 3,3 millions dont vous pourrez peut-être nous dire l’usage qui en sera fait dans les budgets à venir.

Si l’art de la prévision budgétaire justifie une certaine prudence dans les estimations, les écarts importants entre le réalisé et la prévision posent question sur la façon dont sont estimées ces prévisions, et je souhaiterais avoir monsieur le maire vos explications sur la raison de ces écarts considérables qui semblent être en décalage total avec la réalité.

Le budget 2019 tel qu’il est esquissé semble par conséquent se présenter de façon satisfaisante au plan budgétaire, d’autant plus que les charges d’emprunts diminuent cette année de 420.000 €, ce qui augmente d’autant votre marge de manœuvre budgétaire.
J’ai noté le maintien des taux fiscaux pratiqués par la commune depuis la forte augmentation que vous avez décidée en 2016, qui rapportait selon mon calcul 592.000 € à la commune, soit plus de 600.000 € aujourd’hui. Dès lors, il serait justifié d’envisager dès le budget primitif 2019 une réduction des impôts compte tenu de la réduction pérenne de la charge d’emprunts, qui diminuera encore d’un montant substantiel en 2021.
J’ai également noté s’agissant de la fiscalité, qu’il est fait mention d’une réduction de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères, prélevée dans les taxes foncières. Il s’agit du premier impact fiscal en faveur des contribuables apporté par notre communauté d’agglomération.

S’agissant des dépenses d’investissement envisagées dès cette année, le projet de création de maisons médicales est le projet le plus coûteux selon votre estimation, 1,3 million d’euros sur les années 2019 et 2020. Si l’intérêt de ce projet n’est pas contestable il est surprenant de constater qu’il n’était pas envisagé dans le rapport d’orientation budgétaire 2018, ce qui montre un manque d’anticipation dans vos prévisions budgétaires. Pouvez-vous à ce sujet nous indiquer le montant des subventions attendues, et si l’exploitation de ces infrastructures ne présentera pas de
risques pour la commune ?

Concernant la demande de l’OGEC, c’est-à-dire l’école Saint Jeanne d’Arc, d’augmenter la subvention qui lui est attribuée par la commune. Sans remettre en cause le versement de cette subvention à l’école privée qui est une exigence légale, je souhaiterais que cette demande soit examinée de façon circonstanciée, si possible avant son vote en conseil municipal. Une règle applicable est que la subvention soit calculée sur la base de ce qui est dépensé par la commune pour le fonctionnement des écoles publiques, ramené à un coût unitaire par élève, que l’on multiplie par le nombre d’élèves de l’école privée. Il est par conséquent impératif, sauf à ne pas respecter la loi, de s’appuyer sur cette règle de calcul tenant compte des dépenses réelles plutôt que de décider de temps à autre d’augmenter la subvention.

Sur le logement social, le rapport mentionne le respect des exigences législatives triennales pour la période 2019-2021. Avez-vous des informations sur le projet Villevert, qui fait partie des sites à urbaniser permettant de respecter l’exigence légale de la loi SRU en 2025 ? Je rappelle que suite à la révision du PLU il est prévu sur ce site la construction de 350 logements dont 210 logements sociaux. Ceci m’amène aussi à vous interroger sur la population de notre commune. Le chiffre 2017 ne tient pas compte des habitants du nouveau quartier des Plains Champs. Avez-vous une estimation précise du nombre de Louveciennois y habitant ?

En matière de circulation douce le rapport fait état, je cite, « d’une demande expresse auprès de la communauté d’agglomération pour la création d’une piste cyclable reliant Louveciennes à Versailles ». Cela fait de nombreuses années que je demande régulièrement la réalisation de cette piste cyclable et je suis évidemment favorable à cette initiative. Mais je m’interroge sur le timing tardif de cette demande. N’était-il pas possible de faire cette demande au moins depuis 2016, année de création de la CASGBS.

Enfin, j’ai noté avec satisfaction que les travaux d’accessibilité – pour lesquels je suis régulièrement intervenu ces dernières années – se concrétisaient enfin avec des travaux en mairie et à la maison des enfants, et avec des prévisions pour les années 2019 et 2020. J’espère que les efforts seront poursuivis comme prévu en 2019 et 2020.

Une délégation sénégalaise reçue par la commune de Louveciennes

Une délégation sénégalaise reçue par la commune de Louveciennes

La France et le Sénégal ont mis en place un Programme d’Appui à la Gouvernance des Institutions nationales et locales au Sénégal (PAGIS) pour accompagner les ministères sénégalais de l’économie, des finances et du plan (MEFP) et de la gouvernance territoriale, du développement et de l’aménagement du territoire (MGTDAT), afin d’appuyer la mise en œuvre de la décentralisation au Sénégal, par des expérimentations ayant pour objectifs de renforcer les compétences du personnel des collectivités territoriales sénégalaises et d’accroître les ressources fiscales locales.

Dans le cadre de ce programme, une mission en France de cadres sénégalais a été organisée du 3 au 8 mars 2018 pour étudier et analyser la fiscalité locale française.

L’objectif de cette mission est d’étendre le champ des connaissances en matière de fiscalité locale de l’Etat sénégalais, en faisant connaître les dispositions prises et l’organisation mise en place dans le cadre des lois de décentralisation françaises, et d’identifier de bonnes pratiques exportables dans le contexte sénégalais de réformes du financement des collectivités territoriales.

C’est dans ce contexte que la délégation du Sénégal a été reçue le 7 mars 2019 à Louveciennes et a pu échanger pendant près de 3 heures avec une délégation municipale composée de Pierre-François Viard, maire, Pascal Hervier, adjoint en charge des finances et Pascal Leprêtre conseiller municipal.

Ce fut une rencontre très enrichissante pour tous.

 

 

Retour sur le conseil municipal du 21 février 2019

Retour sur le conseil municipal du 21 février 2019

Lors du conseil municipal du 21 février 2019, la liste Pour Louveciennes Unie et Solidaire a interpellé le maire sur les sujets suivants :

Acquisition de parcelles sur les berges de Seine

Il était proposé l’acquisition de parcelles d’une surface totale de 215 m2pour un montant de 4000 € afin de pouvoir reconstituer partiellement la servitude de halage le long de la Seine.

Soulignant qu’il ne s’agissait nullement d’une servitude de halage mais d’une servitude de marchepied (une bande de 3,25 mètres depuis la rive doit être libre de passage), Pascal Leprêtre, conseiller municipal de la liste PLUS a fait remarquer que cette acquisition paraissait inopportune du fait que nous étions là en présence d’une servitude figurant dans le code général de la propriété des personnes publiqueset que celle-ci pour être respectée ne doit pas donner lieu à une acquisition de foncier. La servitude de marchepied est un droit réel que la commune doit faire respecter aux propriétaires privés. Ceci ne justifie ni acquisition, ni contrepartie financière.

Compte-tenu de ces remarques de notre liste, le maire décide de retirer cette délibération de l’ordre du jour.

Régime indemnitaire de la filière police

A l’occasion de la réévaluation du régime indemnitaire des policiers municipaux, Pascal Leprêtre, conseiller municipal de la liste PLUS demande si cette réévaluation s’inscrit dans un cadre plus vaste qui concernerait l’ensemble des agents municipaux.

Le maire indique que ceci n’est pas décidé pour le moment mais qu’une réflexion globale va être entreprise prochainement.

Modification de l’indice de référence applicable pour le calcul des indemnités de fonctions du maire et des adjoints

Pascal Leprêtre, conseiller municipal de la liste PLUS indique qu’il s’abstiendra s’agissant de cette délibération dans la mesure où il a eu l’occasion d’exprimer son opposition au maintien à l’identique des indemnités du maire et des adjoints dans le dernier budget. Alors même que tous les postes budgétaires diminuent compte-tenu des restrictions budgétaires, seul celui-ci augmente ce qui montre que les élus concernés ne sont pas solidaires à titre personnel des mesures de restriction budgétaire qu’ils appliquent au budget communal.

Fixation du nombre et de la répartition des sièges au sein du conseil de la communauté d’agglomération

Pascal Leprêtre fait remarquer une incohérence de représentation entre les communes du Vésinet et de Marly le Roi qui bien qu’ayant à 100 habitants près la même population ne disposent pas du même nombre de sièges (5 pour le Vésinet et 4 pour Marly le Roi).

Le maire indique qu’il va se renseigner.

Questions diverses :

A l’occasion des questions diverses, Pascal Leprêtre, conseiller municipal de la liste PLUS interroge le maire sur le futur marché de restauration collective. Il demande :

Pourquoi les élus d’opposition n’ont pas été réunis pour travailler sur le cahier des charges alors que le maire s’y était engagé ? Le maire indique qu’il s’agit d’un simple oubli…

Comment se répartit la contribution financière de la commune, du centre communal d’action sociale et de l’école privée Sainte Jeanne d’Arc pour le paiement de la prestation de la société Cantineo (25 000 € pour assister la commune dans le montage de son marché de restauration collective).

Le maire laisse entendre qu’aucune contribution ne sera demandée aux autres partenaires du groupement y compris à l’école privée qui va bénéficier de cette prestation payée par le contribuable.

Notre tribune libre dans Louveciennes Echos n°63

Chères Louveciennoises, chers Louveciennois,

Au nom de la liste PLUS, je vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d’année ainsi qu’une excellente et heureuse année 2019.

Cette tribune libre sera consacrée à deux sujets qui touchent à la qualité de notre environnement : la restauration collective destinée aux enfants et seniors de Louveciennes et les circulations douces.

Pour des repas de meilleure qualité dans les cantines de nos écoles

Un appel d’offres doit être lancé en 2019 pour renouveler le prestataire en charge de la fourniture des repas pour la restauration collective destinée aux crèches, écoles et structures accueillant les séniors. Le principal critère de la majorité municipale est bien entendu d’obtenir ce service au moindre coût, même si cela se fait au détriment de la qualité.

L’une des pistes envisagée consisterait à faire appel à une société privée pour fournir des repas fabriqués dans une cuisine centrale industrielle très éloignée et livrés en liaison froide sous barquettes plastiques puis réchauffés sur place. Or, aujourd’hui à Louveciennes, nous avons la chance de bénéficier d’une cuisine centrale municipale installée dans l’école des Soudanes, équipement qui permet de préparer des repas sur place et de les livrer en liaison chaude dans des plats chimiquement inertes.

La liste PLUS est favorable au maintien de la liaison chaude, à l’utilisation de produits de qualité, et à la non utilisation de barquettes plastiques, dont le réchauffement est à l’origine de la migration vers les aliments de substances indésirables tels que les perturbateurs endocriniens.

La loi du 30 octobre 2018 dite EGalim, va à l’encontre des intentions municipales en proposant des mesures pour « une alimentation saine, durable et accessible à tous », avec notamment l’obligation pour la restauration collective à compter du 1erjanvier 2022 d’utiliser 50% de produits issus de l’agriculture biologique ou tenant compte de la préservation de l’environnement, dont 20% de la valeur totale en produits bio et, au plus tard le 1erjanvier 2025, l’interdiction d’utiliser des contenants alimentaires en matière plastique.

Il est souhaitable que le maire prenne en compte dès le prochain appel d’offres les exigences de cette loi ainsi que le maintien de la cuisine centrale municipale et du service par liaison chaude. La santé de nos enfants et de nos anciens n’a pas de prix. Nous avons le privilège de pouvoir appliquer en France le principe de précaution et il serait inadmissible que la majorité municipale refuse, sous prétexte d’économies budgétaires, de financer une restauration collective de qualité.

Les circulations douces

Un plan de circulation pour les cyclistes a été présenté au conseil municipal du 11 décembre 2018. L’objectif est de mettre en application le double-sens cyclable qui est la norme en zone 30 et en zone de rencontre, soit quasiment la totalité des voies de circulation louveciennoises, sauf exception décidée par la municipalité. Le double-sens cyclable autorise les cyclistes à circuler en sens interdit sur une voie délimitée réservée exclusivement aux vélos. Cette mesure va dans le bon sens à condition que les aménagements adéquats soient réalisés.

Il est en revanche regrettable de constater l’immobilisme de notre commune et de notre intercommunalité pour la création d’une piste cyclable permettant de relier Louveciennes au Chesnay et à Versailles, ainsi que le manque d’intérêt de nos élus pour réintégrer au domaine public la zone de marchepied le long du bras de la Seine longeant le quai Conti, et aménager cet espace en promenade publique.

Pascal Leprêtre
Conseiller municipal

Retour sur la séance du conseil municipal du 18 octobre 2018

Retour sur la séance du conseil municipal du 18 octobre 2018

Lors de conseil municipal du 18 octobre 2018 la liste PLUS a interpellé le maire sur plusieurs sujets.

  • La restauration scolaire

Pascal Leprêtre, conseiller municipal, a fait part de son étonnement quant au montant de la prestation de conseil (25000€) confiée à la société Cantineo pour l’élaboration du cahier des charges du futur marché de restauration collective. A l’heure ou le maire et sa majorité font des économies sur toutes les dépenses, y compris s’agissant du domaine scolaire, cette somme de 25000€ est excessive s’agissant d’une mission de conseil qui ne s’avère pas nécessaire pour mener à bien le marché de restauration collective. Pascal Leprêtre a fait remarquer qu’il avait travaillé sur le précédent marché en qualité de président de la commission d’appel d’offres sans faire appel à une prestation de conseil extérieure et que le marché avait été conclu sans le moindre problème. Aujourd’hui nous avons de multiples compétences en interne dont des parents d’élèves très impliqués sur le sujet qu’il faut mobiliser sur le dossier afin de le mener à bien. Rappelons que Cantineo préconise un passage en liaison froide de la restauration collective. Notre liste rejette tout système industriel de restauration collective et défend le maintien de la cantine centrale, système garantissant davantage de qualité dans les repas proposés à nos enfants et nos seniors.

  • L’intercommunalité

Suite à l’annulation par le tribunal administratif de l’arrêté préfectoral portant création de notre communauté d’agglomération Saint Germain Boucles de Seine, Pascal Leprêtre a indiqué qu’il souhaitait un engagement de notre commune dans le maintien du périmètre géographique actuel, soulignant que certains conseils municipaux (Houilles, Montesson…) se sont prononcé en faveur d’un périmètre réduit et donc de la suppression de l’actuelle intercommunalité.

Cette communauté d’agglomération n’est pas exempte de critiques du fait de l’absence de transferts de compétences significatifs, mais on ne peut accepter que son influence soit encore diminuée par une réduction de son périmètre géographique, ce qui constituerait un incontestable retour en arrière.

  • Le manque de transparence en matière de marchés publics

Pascal Leprêtre, s’est étonné de constater que de multiples marchés publics, aux montants parfois importants (1.300.000€ HT) avaient été signés sans consultation ni même information de la commission d’appel d’offres et ce contrairement aux engagements du maire, qui avait en début de mandat accepté la proposition de notre liste de saisir la commission d’appel d’offres de tous les marchés supérieurs à 25000€ HT, quand bien même cette saisine n’est pas obligatoire légalement. Nous regrettons profondément ce non respect de la parole donnée et l’absence de transparence qui en résulte.

 

Pour une cantine scolaire de qualité

Pour une cantine scolaire de qualité


En 2014, lors du renouvellement des marchés de restauration dans les cantines communales, notre liste s’était beaucoup impliquée dans la rédaction du cahier des charges et avait obtenu une nette amélioration de la qualité des repas servis à nos enfants dans les crèches et les écoles, que ce soit sur le plan de la qualité gustative, de la qualité nutritive, de l’équilibre alimentaire, de l’origine des aliments ou encore sur le plan de l’aspect environnemental.

Après une prolongation en gré à gré d’une année (que nous avons contestée en conseil municipal car injustifiée), les marchés conclus en 2014 arrivent aujourd’hui à terme et à l’occasion de la future mise en concurrence, le maire et sa majorité ont engagé une réflexion sur un changement du système de restauration. A l’occasion de deux réunions d’information auxquelles notre conseiller municipal Pascal Leprêtre a été convié, plusieurs scénarios sont sur la table.

  •  La délégation du service public de la restauration scolaire pour une très longue période (6, 7 8 ou 9 ans) à un prestataire via une délégation de service public. Ceci signifierait que la restauration scolaire serait l’affaire de cette seule entreprise privée et que le personnel communal aujourd’hui affecté à la cuisine centrale n’aurait plus lieu d’être. Ce système n’est pas de nature à garantir un service de qualité sur une longue durée puisqu’il amoindrit l’intervention de la commune et ne permet pas de remettre en concurrence le prestataire choisi à des échéances courtes, notamment lorsque la qualité du service n’est pas satisfaisante. Pascal Leprêtre a fait valoir ces arguments lors des réunions consacrées à ce sujet. Nous espérons qu’il soit entendu
  • Le passage de la liaison chaude (système consistant à préparer le repas dans la cuisine centrale située à l’école des Soudanes, et à le conserver au chaud jusqu’à ce qu’il soit servi aux enfants) à un système de liaison froide (système consistant à préparer le repas à l’avance dans une cuisine centrale qui pourrait être située ailleurs qu’à Louveciennes, et à le faire livrer dans les écoles sous forme de barquettes à réchauffer sur place). La liaison froide est très critiquée dans les communes où elle est mise en place du fait de l’industrialisation des repas qu’elle implique, de la qualité souvent médiocre des plats qui en découle, et de l’utilisation de barquettes, généralement en matière plastique, susceptibles de diffuser des perturbateurs endocriniens dans les aliments. Pour toutes ces raisons, nous sommes opposés au passage à la liaison froide et espérons être également entendus sur ce point très important.

À Louveciennes, nous avons la chance d’avoir une cuisine centrale permettant d’assurer une restauration scolaire de bonne qualité en liaison chaude. Tel n’est pas le cas dans beaucoup de communes avoisinantes qui ont fait le choix de privilégier les économies budgétaires que permet la liaison froide plutôt que la qualité des repas dans les cantines. Le maire et son équipe semblent malheureusement s’orienter vers cette solution, au motif que beaucoup de communes l’ont déjà adoptée et que financièrement ce système est plus économe.

Pour notre part nous pensons que la qualité de la restauration scolaire doit être une priorité. S’il est possible de faire des économies sur certains services offerts à la population, le service de la restauration scolaire ne doit pas en faire partie. Conformément à notre programme électoral défendu lors des dernières élections municipales nous sommes favorables au maintien de la cuisine centrale à Louveciennes et du système actuel de la liaison chaude.

Nous plaidons également pour une amélioration de la restauration scolaire : aujourd’hui c’est bien, demain cela doit être mieux !

Nous exigeons que la municipalité anticipe sur la mise en vigueur du projet de loi « pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous » qui exigera d’ici 2022 que les repas servis dans les cantines publiques devront comprendre au moins 50% de produits issus de l’agriculture biologique ou tenant compte de la préservation de l’environnement, avec au minimum 20% de la valeur totale en produits bio.

Nous exigeons  également  un approvisionnement en circuits courts qui nous parait difficilement envisageable dans un système de liaison froide.

 

A ce sujet :

 

  • Des représentants des parents d’élèves des écoles de Louveciennes ont créé un collectif « Pour une cantine saine » qui vient de lancer une pétition pour défendre le système de restauration scolaire à Louveciennes. Nous ne pouvons que souscrire à cette initiative citoyenne et vous inviter à signer cette pétition en ligne : https://www.mesopinions.com/petition/enfants/aux-perturbateurs-endocriniens-assiettes-nos-enfants/48272, qui a recueilli près de 500 signatures à la date du 10 septembre 2018.

 

  • Le projet de loi, en particulier son article 11, « pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous », dans sa version du 3 juillet 2018 transmise par le Sénat à l’Assemblée nationale dans le cadre de la navette parlementaire, est accessible à l’adresse suivante : http://www.assemblee-nationale.fr/15/projets/pl1135.asp

 

  • Retrouvez nos propositions faites lors des dernières élections municipales en cliquant ici

 

Fermeture d’une classe l’année prochaine à Louveciennes : vrai ou faux ?

Fermeture d’une classe l’année prochaine à Louveciennes : vrai ou faux ?

Lors du conseil municipal du 13 mars 2018, Pascal Leprêtre, conseiller municipal de la liste PLUS avait interrogé le maire sur la fermeture d’une classe maternelle annoncée à la rentrée prochaine à l’école Gabriel Fauré (groupe scolaire Leclerc). (Pour lire l’intégralité de la question, cliquez ici). Cette information émanait d’un article publié dans Le Parisien le 8 mars 2018 (article accessible en cliquant ici).

Le maire LR de Louveciennes s’était voulu rassurant dans sa réponse indiquant qu’il n’avait pas eu d’information officielle, qu’il allait se renseigner auprès de l’inspection académique et que si un risque de fermeture se présentait, il s’engageait à prendre toutes les mesures pour maintenir cette classe y compris à réviser la sectorisation scolaire de la commune comme Pascal Leprêtre le lui avait suggéré.

Lors du conseil municipal du 29 mars, Pascal Leprêtre a de nouveau interpellé le maire à ce sujet lui demandant s’il avait contacté l’académie de Versailles et si cette information du Parisien avait été infirmée ou confirmée. Le maire a répondu qu’il n’avait pas pris contact avec les services académiques et qu’il n’avait à ce jour reçu aucune information officielle par rapport à cette fermeture de classe. Or, d’après nos informations cette fermeture de classe est actuellement bien envisagée par l’académie de Versailles et aurait été fait l’objet d’une notification officielle. En attendant aucune modification de la carte scolaire n’a été présentée au conseil municipal.

Un budget 2018 inacceptable

Un budget 2018 inacceptable

Le conseil municipal du mercredi 28 mars était principalement consacré au vote du budget de l’année 2018.

Il est navrant de constater qu’à l’occasion du vote du budget c’est-à-dire le vote le plus important de l’année, 10 élus municipaux sur 29 était absents. Notons que ces 10 absents appartiennent à la majorité municipale LR.

A l’occasion de la discussion précédent le vote, notre conseiller municipal Pascal Leprêtre a pris la parole pour relever les insuffisances du budget et faire des propositions alternatives à ceux du maire. Cette intervention a porté sur plusieurs points :

Il a ainsi regretté la présentation du budget qui ne permet pas de l’analyser sérieusement et a suggéré qu’une présentation claire et didactique soit réalisée pour permettre au maximum de Louveciennois de comprendre comment étaient utilisé le produit de leurs impôts.

Il a également insisté sur l’investissement estimant que depuis plusieurs années le patrimoine se dégradait considérablement qu’il s’agisse de la voirie, des trottoirs, des écoles ou des crèches et qu’il fallait aujourd’hui rattraper le retard accumulé en la matière.

De même il est revenu comme chaque année sur la nécessité (qui par ailleurs est une obligation légale) de mettre aux normes d’accessibilité nos bâtiments et notre voirie. Il a regretté que les circulations douces (cyclistes et piétonnes) ont été oubliées jusque-là malgré les engagements électoraux du maire et les déclarations de principe dans le PLU (absence de piste cyclable le long de la route de Versailles, absence de cheminement piétonnier desservant le nouveau quartier des Plains-Champs…)

S’agissant du fonctionnement il a fait remarquer que si la rigueur s’applique à tous les postes budgétaires, elle ne s’appliquait nullement aux indemnités du maire et de ses adjoints dont la ligne budgétaire continue à augmenter.

Il s’est également étonné que le conseil municipal soit mis devant le fait accompli s’agissant de la décision d’armer la police municipale et de renforcer la vidéo protection estimant que ces sujets graves et sensibles méritaient un débat préalable, transparent et sérieux en conseil municipal.

Enfin, il a rappelé son attachement à l’intercommunalité et proposé de nouvelles synergies intercommunales comme la création d’une « commune nouvelle » entre Louveciennes et Le Port-Marly qui permettrait non seulement des économies, mais surtout un maintien des dotations de l’Etat dans un contexte où elles diminuent pour notre commune au grand désarroi du maire.

Retrouvez le texte de l’intervention de la liste PLUS en cliquant ici