Incendie d’un compteur Linky à Louveciennes

Incendie d’un compteur Linky à Louveciennes

Lundi 27 novembre 2017, un compteur Linky a pris feu rue du président Paul Doumer.

Cette information, relatée dans Le Parisien du 28 novembre, nous amène à interpeller le Maire sur ce sujet.

Cet incident survient dans un contexte particulier à Louveciennes. Lors du conseil municipal du 8 juin 2017 des Louveciennois ont demandé au Maire la création d’une commission extra-municipale sur le sujet. Peu réceptive à ce sujet et bien que réticente à entrer dans une polémique avec ENEDIS, la municipalité a tardivement mis en place cette commission en faisant voter une délibération par le conseil municipal du 12 octobre 2017, soit plus de 4 mois après la demande.

Lors de sa première réunion, la commission, a demandé au maire d’inscrire à l’ordre du jour une délibération demandant la suspension de l’installation des compteurs jusqu’à nouvel ordre. Cette demande n’a pas aboutie, le maire ayant préféré faire voter une délibération demandant une suspension jusqu’au 1er décembre (soit pendant 5 semaines), mais sans l’intention de la faire appliquer. Résultat entre le conseil municipal du 12 octobre 2017 et le 28 novembre, ENEDIS a accéléré l’installation des compteurs sans que le Maire ne s’y oppose alors même que ces installations allaient à l’encontre de la délibération votée.

Aujourd’hui l’installation est quasiment terminée dans la commune avec plus de 3000 compteurs installés selon ENEDIS.

Cet incident suscite naturellement beaucoup d’interrogations et d’inquiétudes chez les Louveciennois. On peut légitimement s’inquiéter des conséquences d’un tel problème dans une habitation individuelle ou dans un immeuble collectif.

Cet évènement mérite une intervention municipale forte de la part du Maire auprès d’ENEDIS.

Aussi, nous demandons officiellement au Maire de Louveciennes, en sa qualité de garant de la sécurité publique sur le territoire communal,  d’exiger de la part d’ENEDIS deux mesures urgentes :

–          diagnostiquer l’origine du sinistre survenu hier rue du président Paul Doumer,

–          dans l’hypothèse où cet incident serait lié au compteur lui-même ou à un défaut dans son installation, de procéder à une vérification de l’installation des 3000 compteurs de la commune.

Pour accéder à la lettre adressée au maire le 28 novembre 2017 Cliquez ici 

A la date du 2 décembre ce courrier était toujours sans réponse…

Notre tribune libre dans Louveciennes Échos n°61

Notre tribune libre dans Louveciennes Échos n°61

Écologie et solidarité doivent être défendues.

Plan local d’urbanisme, circulation, qualité de l’eau, compteurs Linky… autant de sujets sur lesquels l’opposition que je représente est particulièrement vigilante.

La révision du PLU

Le rapport de l’enquête publique réalisée du 3 mai au 9 juin 2017 a été rendu par le commissaire-enquêteur mais la finalisation de la révision du PLU se fait attendre.

Le point critique qui retarde le vote du PLU par le conseil municipal concerne le nombre de logements à construire sur le site de Villevert. Rappelons que notre ville est toujours très loin de l’obligation légale de 25% de logements sociaux. Or, le maire et sa majorité municipale n’ont pas pris les mesures nécessaires pour atteindre ce taux. Ainsi le maire souhaite autoriser la construction de 350 logements avec un taux de 60% de logements sociaux, alors que l’État souhaite que Louveciennes rattrape son retard avec une première phase 350 logements dont 30 à 35% de logements sociaux puis, à partir de 2021, une seconde phase de 250 logements, toujours avec un taux de 30 à 35% de logements sociaux, après évaluation de l’impact de la première phase de construction.

La circulation

La problématique de la circulation a également été évoquée par l’enquête publique et la majorité municipale a indiqué qu’un plan global de circulation tenant compte des différentes opérations immobilières prévues dans le PLU était en cours de réalisation. Ce sujet doit impérativement être concerté avec les habitants et commerçants.

La qualité de l’eau à Louveciennes

L’eau potable distribuée à Louveciennes respecte les exigences sanitaires de l’Agence Régionale de Santé. Toutefois les rapports annuels 2015 et 2016 sur la qualité de l’eau à Louveciennes mentionnent la présence résiduelle d’un pesticide, un dérivé de l’atrazine, herbicide utilisé dans l’industrie agricole jusqu’en 2003 en Europe, année durant laquelle son utilisation a été interdite par la Commission européenne. Le pesticide atrazine est soupçonné d’être à l’origine de malformations de la boîte crânienne des nouveaux nés et d’être un produit cancérigène.

La dose résiduelle de ce pesticide est certes conforme à l’exigence sanitaire, mais on ne peut que s’inquiéter que les nappes phréatiques qui alimentent l’usine de production d’eau de Louveciennes restent polluées plus de 12 années après l’interdiction d’utilisation de ce produit. Ceci doit nous faire prendre conscience de l’importance à faire supprimer l’usage des produits chimiques potentiellement dangereux pour la santé, comme le glyphosate.

Les compteurs électriques Linky

A la demande de quelques citoyens inquiets par ces compteurs électriques « communicants » une commission extra-municipale a été mise en place. Malheureusement cette commission, qui aura été mise en place laborieusement par le maire, n’a ni les moyens ni le temps de travailler sur cette question et les quelques propositions formulées par celle-ci n’ont pas été retenues par le maire. Dommage que cette question ne fasse pas l’objet d’une réelle attention de la part de la majorité municipale et d’une véritable étude objective, mais uniquement d’une opération de communication.

La qualité de l’eau potable à Louveciennes

La qualité de l’eau potable à Louveciennes

L’eau potable distribuée à Louveciennes par le syndicat mixte pour la gestion du service des eaux de Versailles et Saint-Cloud (SMGSEVESC) respecte les exigences sanitaires de l’Agence Régionale de Santé. Les rapports annuels 2015 et 2016 sur la qualité de l’eau à Louveciennes mentionnent toutefois la présence résiduelle d’un pesticide, un dérivé de l’atrazine, herbicide utilisé dans l’industrie agricole jusqu’en 2003 en Europe, année durant laquelle son utilisation a été interdite par la Commission européenne. Le pesticide atrazine est soupçonné d’être à l’origine de malformations de la boîte crânienne des nouveaux nés et d’être un produit cancérigène.

Cette information sur la présence de ce résidu de pesticide n’est publiée que depuis le rapport annuel 2015 du délégataire chargé de la production d’eau potable dans l’usine de Louveciennes, le service des eaux de l’Ouest parisien (SEOP), nommé depuis 2015. Les rapports annuels du précédent délégataire – cliquer ici pour visualiser un extrait du rapport 2014 – ne mentionnaient que l’appréciation qualitative suivante : « l’eau produite par l’usine de Louveciennes est d’excellente qualité au regard des exigences réglementaires » !

La réglementation exige que le dosage d’un résidu de pesticide ne doit pas dépasser 0,1 µg/litre et le total des différents résidus de pesticides présents ne doit pas dépasser 0,5 µg/litre. Les rapports du SEOP mentionnent que l’eau produite par l’usine de Louveciennes contenait 0,02 µg/litre de dérivé d’atrazine en moyenne en 2015, et 0,018 µg/litre en 2016. Les fiches d’information publiées par l’Agence Régionale de Santé Île-de-France peuvent être consultées en cliquant ici pour l’année 2016 et ici pour l’année 2015. La dose résiduelle est certes conforme à l’exigence sanitaire, mais on ne peut que s’inquiéter que les nappes phréatiques qui alimentent l’usine de production d’eau de Louveciennes restent polluées plus de 14 années après l’interdiction d’utilisation de ce produit. Cette pollution résiduelle démontre la nocivité dans le temps des produits chimiques utilisés dans l’agriculture et doit – à l’heure ou la Commission européenne n’arrive pas à trouver un accord sur l’interdiction du glyphosate, produit massivement utilisé en agriculture et dangereux pour les abeilles – nous faire prendre conscience de l’importance à faire supprimer l’usage des produits chimiques potentiellement dangereux pour la santé.

Retour sur la séance du conseil municipal du 5 juillet 2017

Retour sur la séance du conseil municipal du 5 juillet 2017

Le conseil municipal s’est déroulé ce mercredi 5 juillet 2017 dans une salle à moitié vide (11 élus de la majorité municipale sur 23 étant absents). Il a par conséquent fallu compter sur les élus d’opposition pour parvenir au quorum.

Plusieurs sujets ont été débattus :

 

  • Augmentation des tarifs des services municipaux

Lors de cette séance le maire a proposé une augmentation de l’ensemble des services municipaux de 2% (cantine scolaire, maison des enfants, location de salles, cimetière, études surveillées…)

Rappelons que le maire et sa majorité ont fait voter en 2016 une augmentation sans précédent des impôts locaux (+12%) dont l’ampleur n’était pas justifiée.

Dans ce contexte Pascal Leprêtre, représentant de la liste PLUS, a voté contre. L’ensemble des élus de droite (Majorité + Union pour Louveciennes) l’a en revanche approuvée.

 

  • Délégation du service public de l’assainissement

Le dossier présentait à l’évidence quelques insuffisances permettant sa bonne compréhension. Par ailleurs Pascal Leprêtre élu de la liste PLUS a fait remarquer que cette procédure de mise en concurrence qui doit être achevée au 1er janvier 2018 n’avait pas été suffisamment anticipée et avait été lancée beaucoup trop tardivement et en plein été au risque de ne pas tenir les délais imposés. Le maire s’est dit confiant. A suivre en 2018…

 

  • La bibliothèque Leconte de Lisle devient Médiathèque Georges Prêtre

Pascal Leprêtre a voté favorablement cette délibération faisant remarquer plusieurs choses :

  • Que l’appellation « médiathèque » était à ce jour un peu présomptueuse compte tenu de la pauvreté des fonds hors livres (DVD, CD…)
  • Qu’il espérait que cette nouvelle appellation de médiathèque aboutisse à dynamiser ce lieu et à le transformer en véritable médiathèque par un enrichissement des fonds
  • Enfin, que cet équipement avait vocation à être mutualisé avec les bibliothèques et médiathèques des communes de l’agglomération afin de permettre une mise en commun des ressources et une amélioration des prestations. Le Maire s’est montré défavorable à cette suggestion préférant maintenir cet équipement dans une gestion strictement communale. Dommage.

3 autres sujets ont donné lieu à des interventions :

La commission extra-municipale Linky attendra…

La commission extra-municipale Linky attendra…

Lors du conseil municipal du 8 juin 2017, le maire avait accepté la demande de création d’une commission extra-municipale sur la question des compteurs Linky suite à une pétition citoyenne.

Lors du conseil municipal du 5 juillet cette commission a bien été créée, mais cette création n’a pas donné lieu à la désignation de ses membres.

Interrogé sur ce point par Pascal Leprêtre, conseiller municipal de notre liste, Monsieur le Maire a indiqué d’une part que les citoyens avaient jusqu’au 15 juillet pour candidater et qu’à ce jour il avait 8 candidatures (pour 6 postes), et que d’autre part les conseillers municipaux au nombre de 6 serait désignés lors du prochain conseil municipal (c’est-à-dire en septembre voire octobre).

Calendrier totalement incohérent au regard de l’échéance du 1er octobre fixée à cette commission pour rendre son rapport !

Il était pourtant possible ce 5 juillet de créer la commission et de désigner simultanément ses membres, mais sur ce dossier le maire a décidé de jouer la montre, sans doute pour permettre à Enedis de continuer à installer ses compteurs sans difficulté. Il aura néanmoins beau jeu de dire qu’il a écouté les citoyens et satisfait leur demande de création d’une commission extra-municipale…Celle-ci compte tenu des délais incroyables de sa mise en place (entre 3 et 4 mois !) ne servira vraisemblablement pas à grand-chose. Belle opération d’enfumage !

Pour en savoir plus sur les compteurs Linky, retrouvez ici notre article précédent consacré à ce sujet

A lire le rapport de la commission rendu public lors du conseil municipal du 6 décembre 2017RAPPORT FINAL ANALYSE IMPACTS DU COMPTEUR LINKY 4 décembre 17

 

La rentrée scolaire 2017 à Louveciennes

La rentrée scolaire 2017 à Louveciennes

Lors du conseil municipal du 5 juillet 2017, Pascal Leprêtre, élu de la liste PLUS, a interrogé le maire sur la prochaine rentrée scolaire 

« Monsieur le Maire,

Plusieurs questions se posent quant aux effectifs de la rentrée 2017 dans les écoles de Louveciennes.

  • Pourriez-vous nous donner les chiffres des effectifs prévisionnels des 3 groupes scolaires de la ville avec un comparatif des effectifs 2016 ?
  • Il semblerait que dans certains établissements ces effectifs pourraient permettre des ouvertures de classes. Avez-vous reçu des informations de la part du rectorat à ce sujet ?
  • Les logements du quartier des Plains Champs vont être livrés dans le courant de l’année scolaire 2017-2018. L’arrivée de nouveaux habitants aura à n’en pas douter un impact fort sur les effectifs de l’école Doumer puisque ce quartier n’aura pas sa propre école, c’est l’école Doumer pourtant très éloignée qui devrait les accueillir.

A combien estimez-vous aujourd’hui le nombre d’élèves de primaire et de maternelle que cela représente ?

Ne pensez-vous pas qu’une modification ambitieuse de la carte scolaire devrait rapidement être engagée pour éviter les problèmes de surcharge dans les classes ? »

 

A ces différentes question aucun chiffre sur les effectifs n’a été fournie, un point sera fait ultérieurement sur la base des chiffres transmis par les directions des écoles.

S’agissant des fermetures de classes, aucune n’est prévue sur Louveciennes, quant aux ouvertures cette question sera discutée avec le nouvel inspecteur d’académie qui arrive le 1er septembre (NDLR la rentrée scolaire est le 4 septembre !). Le maire a néanmoins affirmé avoir adressé un courrier au rectorat pour demander une ouverture de classe à l’école maternelle Gabriel Fauré compte tenu de l’importance des effectifs de celle-ci.

S’agissant enfin de l’impact de la livraison des logements des Plains-Champs (230 logements) aucune simulation n’a été faite. Très étonnant de ne pas avoir anticipé cet afflux d’enfants.

 

Le devenir d’Yvelines 1ère

Le devenir d’Yvelines 1ère

A l’occasion du conseil municipal du 5 juillet 2017, Pascal Leprêtre, conseiller municipal de la liste PLUS a interrogé le maire au sujet du risque de disparition de la chaîne locale Yvelines 1ère.

« Yvelines 1ère est une chaine qui a été créée en 1989 par Michel Péricard alors maire de St Germain en Laye. Elle diffuse ses programmes depuis cette date. Aujourd’hui avec les box et internet son accès est beaucoup plus facile et son potentiel d’audience bien plus important qu’il y a 30 ans où sa diffusion ne se faisait que par le réseau câblé.

Hier 4 juillet, le comité syndical du SIDECOM s’est réuni pour décider de l’avenir de la chaîne Yvelines 1ère. La presse a évoqué son éventuelle disparition motivée par des difficultés financières liées au fait que certaines collectivités ou intercommunalités comme la Communauté d’agglomération St Germain boucle de Seine souhaitaient se désengager de leur financement au fonctionnement de cette chaine.

Cette chaine de TV locale constitue une véritable richesse de notre territoire de par la qualité de ses programmes qui traitent de l’actualité locale et en particulier de la vie de notre commune. Elle est indéniablement un outil qui fait vivre aussi une certaine forme de démocratie dans notre territoire en permettant une information objective et pluraliste sur les projets et les réalisations des différents acteurs locaux qu’ils s’agissent des collectivités territoriales, des entreprises, des associations ou des citoyens.

Bien que conscient de ses difficultés financières, sa disparition serait à mon sens une grave erreur. C’est la raison pour laquelle je soutiens toutes les initiatives qui visent à faire vivre cette chaine.

Je souhaiterais connaitre la position du maire de Louveciennes quant au devenir de cette chaine et les initiatives qu’il entend prendre ou défendre pour faire perdurer son activité« .

A cette question le maire a répondu ne pas avoir eu le temps de se pencher sur les résultats de la chaîne, mais qu’il fallait sans doute repenser son modèle économique en envisageant une mutualisation avec d’autres chaînes locales. Réponse pour le moins floue dans laquelle il n’a pas fait preuve d’une implication forte sur ce dossier.

Article mis à jour le 9 décembre 2017 – Doit-on s’inquiéter des compteurs Linky dont l’installation est actuellement en cours à Louveciennes ?

Article mis à jour le 9 décembre 2017 – Doit-on s’inquiéter des compteurs Linky dont l’installation est actuellement en cours à Louveciennes ?

Les compteurs Linky sont les nouveaux compteurs communicants qui mesurent la consommation d’électricité. Ils doivent être déployés sur Louveciennes entre mai 2017 et avril 2018 par ENEDIS (anciennement ERDF – Électricité Réseau Distribution France), filiale à 100 % d’EDF, chargée de la gestion et de l’aménagement de 95 % du réseau de distribution d’électricité en France.

De nombreux Louveciennois s’inquiètent de ces nouveaux compteurs, suite notamment aux nombreuses informations alarmistes circulant sur internet.

Du point de vue exprimé par ses détracteurs, les compteurs Linky présenteraient les effets suivants :

– la possible nocivité de rayonnements électromagnétiques,

– la collecte de données à caractère personnel,

– le faible impact qu’il pourrait avoir sur la réduction de la consommation des usagers puisqu’il n’y aura pas d’indicateur instantané de consommation dans les logements,

– le surcoût qui pourrait être imposé aux consommateurs par les distributeurs au travers de prestations complémentaires ou d’évolution défavorable des tarifs de l’énergie.

 

1) Concernant le risque potentiel pour la santé du rayonnement électromagnétique du compteur Linky et plus particulièrement du rayonnement généré par le courant porteur en ligne (CPL) utilisé pour la transmission des informations depuis le compteur vers un concentrateur situé en dehors des habitations, il faut savoir que ce type de rayonnement est déjà présent dans nos habitations avec les nombreux équipements électriques ou électroniques utilisés dans la vie de tous les jours. Le rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail sur « L’exposition de la population aux champs électromagnétiques émis par les compteurs communicants » (téléchargeable ici ) mentionne (page 9) des mesures des champs électrique et magnétique du compteur Linky en-deçà des valeurs maximales autorisées, et du même ordre de grandeur (voire très inférieures) aux valeurs d’autres équipements largement présents dans nos habitations comme les CPL des box internet et télévision ou les plaques à induction par exemple  (lire aussi sur ce point la synthèse de l’étude de l’ANSES  ainsi que l’article du Monde sur le rapport de l’ANSES ).

Tout ceci n’est sans doute pas suffisant et il faut que d’autres réponses satisfaisantes puissent être données face à l’inquiétude légitime des opposants au compteur Linky, et notamment vis-à-vis des personnes sujettes à l’électro-sensibilité. L’ANSES a dans ce but demandé au Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) un rapport d’étude sur l’exposition des usagers aux rayonnements électromagnétiques du compteur Linky, en comparaison avec les rayonnements d’autres équipements domestiques, rapport consultable en cliquant ici. ENEDIS a de son côté diffusé une note de commentaires sur ce rapport, consultable en cliquant ici.

 

2) Concernant la transmission de données à caractère personnel il s’agit d’une évolution similaire à celle des sites internet marchands qui collectent de nombreuses informations sur nos habitudes en matière de consommation. A l’origine du projet Linky il y a une directive européenne qui impose l’installation de compteurs « intelligents » afin de réduire la consommation d’énergie, notamment par une meilleure connaissance par les consommateurs de leur consommation d’énergie électrique. Il n’y a probablement pas de la part d’ENEDIS et des distributeurs d’électricité la volonté d’utiliser les données collectées pour « surveiller » les consommateurs, mais sans doute plus certainement pour optimiser la production d’énergie en fonction de la demande et – malheureusement – augmenter la facturation grâce, par exemple, à la fourniture de services complémentaires ou à la vente d’abonnements de plus forte puissance puisqu’il semble que les compteurs Linky disjoncteront dès la puissance maximale atteinte, ce qui n’est pas le cas des compteurs existants qui tolèrent un dépassement ponctuel.

En tout état de cause les données collectées seront bien moindres que celles que peuvent récupérer aujourd’hui les opérateurs téléphoniques, les fournisseurs d’accès internet, les réseaux sociaux ou les services de messagerie électronique.

 

3) Il est important de signaler qu’il n’est juridiquement pas possible pour une commune d’interdire les compteurs Linky sur son territoire.

Le Conseil d’État a en effet validé le bien fondé juridique de l’installation des compteurs Linky en rejetant plusieurs recours dont ceux de l’UFC-Que Choisir (qui regrettait l’absence de signalisation déportée de la consommation et souhaitait protéger les consommateurs des surcoûts éventuels), et de l’association Robin des toits (qui elle s’inquiète de la dangerosité des rayonnements électromagnétiques).

Par ailleurs, plusieurs conseils municipaux dont certains dans les Yvelines ont voté des délibérations pour refuser l’installation de ces compteurs sur leurs communes sur le fondement du « principe de précaution » (Magny-les-Hameaux, Villennes-sur-Seine, Bougival…). Ces délibérations ont systématiquement été annulées par les tribunaux administratifs.

 

4) À noter également qu’un rapport du Conseil général de l’environnement et du développement durable sur le déploiement du compteur Linky, a été remis au ministre de l’environnement en janvier 2017.

Au sujet des champs électromagnétiques les auteurs du rapport :

– taclent « une désinformation évidente de certains sites opposés à Linky, avec de plus une nette volonté de créer un sentiment d’inquiétude parmi le public »,

– jugent que « la question sanitaire ne constitue pas une difficulté susceptible de remettre en cause le programme Linky »,

– réclament une prise en compte « des configurations d’installations atypiques pouvant générer des expositions de durées longues ».

Pour accéder à ce rapport cliquez ici.

 

En conclusion, sans prétendre disposer de la vérité sur ce sujet et plus particulièrement sur le point des ondes électromagnétiques, il apparaît à la lumière des différents rapports scientifiques publiés que le risque évoqué par certains collectifs n’est pas prouvé. Les dernières conclusions du rapport demandé par l’ANSES au CSTP confirment la faiblesse du risque santé au regard des rayonnements électromagnétiques. Concernant la collecte de données la CNIL devrait suivre avec une attention particulière l’usage qui sera fait des données collectées. Si la présence d’un indicateur de consommation sera optionnelle les clients des fournisseurs d’électricité seront en mesure de consulter des informations plus complètes sur leur consommation que celles actuellement disponibles en se connectant sur le site ENEDIS dédié à Linky. Quant à crainte sur la possible augmentation des factures l’avenir nous dira si cette crainte était justifiée.

A Louveciennes, une commission extra-municipale Linky a été créée

A noter qu’à Louveciennes, suite à la revendication de plusieurs habitants, une commission extra-municipale a été créée le 5 juillet 2017. Elle réunie 6 citoyens intéressés par cette question et 5 conseillers municipaux (3 conseillers de la majorité municipale, 1 conseiller municipal de la liste DVD « Union pour Louveciennes » et 1 conseiller municipal de notre liste « Pour Louveciennes Unie et Solidaire ».

Cette commission s’est réunie pour la première fois le 2 octobre 2017. Nous avons regretté cette réunion tardive et le manque de réactivité de la municipalité alors que le déploiement des compteurs Linky sur Louveciennes est actuellement en cours.

La commission a proposé au conseil municipal de demander la suspension de l’installation des compteurs Linky sur la commune (Lire l’article à ce sujet). Le maire n’a toutefois pas répondu favorablement à cette demande de la commission puisque le projet adopté lors du conseil municipal du 12 octobre 2017 demande simplement à ENEDIS une suspension de l’installation jusqu’au 1er décembre (soit une trêve de 6 semaines…). Depuis cette date, nous sommes passé de 137 compteurs installés par ENEDIS à 2545 compteurs sur Louveciennes (à la date du 22 novembre)… L’évolution de l’installation des compteurs peut être consultée sur le site de l’ENEDIS consacré au compteur Linky en cliquant ici.

A lire le rapport de la commission rendu public lors du conseil municipal du 6 décembre 2017RAPPORT FINAL ANALYSE IMPACTS DU COMPTEUR LINKY 4 décembre 17

 

Pour en savoir plus :

Le Monde – tribune du 5 octobre 2017 « Pour l’économie Française l’opération Linky s’annonce perdante »

Enedis et ses compteurs Linky, nouvelle cible de l’ultragauche – Le Parisien (article du 19 octobre 2017)

Les 5 questions que pose le compteur Linky (article du Monde en date du 22 novembre 2017)

Lettre du sous-préfet de Saint-Germain-en-Laye en réponse à la demande du maire auprès de ENEDIS de différer l’installation des compteurs Linky à Louveciennes – en date du 11 octobre 2017

A lire également l’article du Parisien du 7 décembre 2017 consacré au rapport de la commission extra-municipale Linky de Louveciennes

 

Suite à un problème technique les commentaires à cet article sont actuellement indisponibles. N’hésitez pas à y réagir sur notre page facebook