Plan de circulation : que penser de la réunion publique du 13 février 2018 ?

Plan de circulation : que penser de la réunion publique du 13 février 2018 ?

Le maire LR de Louveciennes et sa majorité ont engagé une réflexion sur la circulation dans notre ville et ont fait appel pour ce faire à la société Abtoo, un bureau d’étude basé à Vénissieux, spécialisé notamment dans la simulation des prévisions de trafic. Une étude a été rendue il y a plusieurs mois et n’a fait l’objet depuis lors d’aucune présentation en conseil municipal. Il est à regretter l’absence de transparence sur ce dossier qui concerne la vie quotidienne de chacun. Ceci est d’autant plus regrettable qu’il est incongru de dissocier cette réflexion de celle de l’urbanisation de notre ville et par conséquent du plan local d’urbanisme que le conseil municipal vient d’approuver.

Sujet d’inquiétude pour beaucoup d’habitants, mais aussi de commerçants, la municipalité s’est trouvée contrainte d’organiser une réunion publique sur le sujet. S’agit-il pour autant d’une démarche de concertation ? Vraisemblablement non, la municipalité a visiblement déjà quelques scénarios en tête qu’elle mettra en application.

Cette réunion a eu lieu mardi 13 février et il est regrettable qu’elle ait été mal préparée au plan technique puisque le diaporama utilisé comme support de présentation, notamment les cartes visualisant le trafic, était quasiment illisible pour le public et même pour le prestataire sur la scène, qui a dû parfois vérifier des chiffres sur son rapport imprimé. Philippe Delarue, maire-adjoint chargé de la circulation, a indiqué que ce rapport serait mis en ligne, mais il n’était pas encore disponible 48 heures après la réunion publique.

Nous avons toutefois pu recueillir quelques informations dont voici un résumé.

 

Objectifs de l’étude

L’étude a été réalisée sur la base des données de circulation enregistrées sur une seule journée, un jeudi en juin 2016, et des objectifs fixés par la commune, à savoir :

  • améliorer la sécurité,
  • réduire la vitesse,
  • améliorer la fluidité,
  • améliorer le stationnement.

 

Informations recueillies

Après une trop longue présentation de la méthode plusieurs scénarios ont été présentés pour tenter de maîtriser les conséquences de l’augmentation du trafic attendue avec la mise en œuvre des différents aménagements prévus sur le territoire louveciennois : principalement les activités commerciales et tertiaires du site de Villevert et les projets de constructions immobilières à l’horizon 2025. Il est à noter que les projets des communes mitoyennes pouvant avoir des conséquences sur le trafic automobile dans Louveciennes ne peuvent pas être pris en compte.

La première information intéressante résultant des mesures de trafic réalisées en juin 2016 est que 49% du trafic à Louveciennes est constitué d’automobiles en transit, traversant la commune sans s’y arrêter, le reste – 51% – se partageant entre le trafic d’échange, automobiles traversant la ville en s’y arrêtant, pouvant contribuer au commerce local, et le trafic interne à la commune.

Quelques données chiffrées ont été communiquées verbalement durant l’exposé :

  • le flux de la N186 peut atteindre 50.000 véhicules/jour,
  • le flux du centre village varie de 1400 à 4000 véhicules/jour,
  • l’augmentation de flux généré par le site de Villevert serait de 1600 véhicules/jour, celui du programme immobilier des Plains Champs partie basse de 900 véhicules/jour et celui de la partie haute 600 véhicules/jour,
  • les excès de vitesse sont quasi systématiques puisque 85% des automobilistes dépassent les vitesses autorisées de 5 à 25 km/h selon les endroits.

En conservant le plan de circulation actuel les simulations faites par le bureau d’étude Abtoo à partir des prévisions d’augmentation de trafic indiquent que le trafic rue du Maréchal Joffre – rue abondamment citée durant la présentation – augmenterait de 95%, de nombreuses autres artères verraient leur circulation augmenter de plus de 50%.

Les propositions du bureau d’étude ont pour objectif de modifier les cheminements du trafic de transit afin que ce trafic ne vienne pas automatiquement traverser le centre village. Ainsi par exemple il est proposé de décourager les automobilistes d’emprunter la rue du Maréchal Joffre en sens descendant et dérouter ce trafic vers la N186, l’avenue Saint-Martin puis la rue de la Princesse, ou vers la rue de l’Étang puis la rue du Pont.

Nous indiquons ci-après les propositions du bureau d’étude que nous avons pu noter, qui ne sont exhaustives de celles figurant dans le rapport non encore rendu public.

Scénario 2A

  • fluidifier le trafic rue de la Princesse, qui est une route départementale, pour que les automobilistes empruntent de préférence ce cheminement plutôt que de passer dans le centre village ; cela passerait par la suppression des « alternats » (obstacles à la circulation) que présentent aujourd’hui les places de parking le long de la rue de la Princesse ; des dispositions devront être prises pour faire respecter la vitesse maximum autorisée ;
  • mettre en sens unique le goulet de la rue du Général Leclerc dans le sens mairie vers l’église ;
  • mettre en sens unique le goulet de la rue du Professeur Tuffier vers la place des Anciens Combattants ;
  • mettre en sens unique la boucle autour de la résidence du parc du château ;
  • mettre en sens unique la rue Saint-Michel dans le sens descendant.

Scénario 2B

Un scénario 2B complète le 2A en y ajoutant la mise en sens unique du haut de la rue de Montbuisson en sens montant.

Scénario 2C

Un scénario 2C complète le 2B en y ajoutant la mise en sens unique du haut de la rue du Maréchal Joffre vers la N186.

Conclusion

Toutes les propositions citées restent pour l’instant des pistes. Le maire et son maire-adjoint chargé de la circulation ont assuré dans leur discours qu’aucune décision n’avait été prise à ce jour pour mettre en œuvre les mesures proposées. Les Louveciennois qui se sont déplacés à cette réunion publique sont repartis sans que nos élus aient exprimé la moindre opinion, à l’exception de la mise en sens unique de la rue de Voisins – d’ici quelques semaines – mesure nécessaire afin de libérer suffisamment d’espace pour le déroulement du chantier de construction sur les anciens tennis ; une communication sera faite prochainement sur cette disposition qui permettra de tester l’efficacité du (des) sens unique(s) mis en place. Une nouvelle réunion publique sera probablement nécessaire quand nos élus auront décidé du futur plan de circulation.

Réunion publique sur la restauration scolaire lundi 12 février 2018

Les parents d’élèves de l’école maternelle Gabriel Fauré (groupe scolaire Leclerc) organisent une réunion publique sur le thème « restauration scolaire, quelle alimentation pour nos enfants ?  » le lundi 12 février à 20h00 à la maison Amanda (parc des 3 grilles). Nous nous félicitons de cette initiative qui témoigne d’une prise de conscience sur ce sujet important pour les enfants louveciennois.

Rappelons que cette thématique était au coeur de nos propositions défendues lors de la campagne électorale de 2015 par notre liste. Figurait dans notre programme l’engagement suivant :

« Nous nous engageons à développer l’utilisation de produits alimentaires bio et/ou « à circuit court » dans les cantines des écoles et des crèches« .

Lors du précédent appel d’offres conclu en 2014, nous avions obtenu quelques avancées sur l’amélioration de la qualité de l’alimentation dans les cantines municipales (crèches, écoles, séniors). En 2017, un nouvel appel d’offres sera lancé, notre liste sera particulièrement vigilante quant au cahier des charges qui doit exiger une quantité de produits bio et issus des circuits courts significative.

Plan local d’urbanisme, rythmes scolaires, compteurs Linky, environnement…autant de sujets abordés lors du conseil municipal du 6 décembre

Plan local d’urbanisme, rythmes scolaires, compteurs Linky, environnement…autant de sujets abordés lors du conseil municipal du 6 décembre

L’ordre du jour du conseil municipal du 6 décembre était particulièrement chargé. Retour sur les sujets marquants de cette séance.

 

  • Le Plan Local d’Urbanisme (PLU)

Le conseil municipal était amené à se prononcer sur l’approbation du document dont la révision avait été lancée il y a près de trois ans. Si ce PLU présente indéniablement des points positifs tels que des objectifs d’urbanisation permettant de respecter la loi, il souffre néanmoins de nombreuses insuffisances tant sur la question de l’environnement que sur celles de la mobilité ou du commerce. Par ailleurs, il est à regretter que ce PLU ne s’inscrive nullement dans une vision intercommunale.

Retrouvez l’intégralité de l’intervention sur le PLU en cliquant ici : 20171206_CM 6 de´cembre_v4

Le PLU a été adopté par 23 voix POUR (majorité municipale LR), 5 voix CONTRE (Union pour Louveciennes) et 1 ABSTENTION (Pascal Leprêtre – Pour Louveciennes Unie et Solidaire)

 

  • La mise en sommeil de la caisse des écoles

Il a été proposé de réintégrer les missions et le budget de la caisse des écoles au niveau municipal pour des raisons financières et de « facilité administrative ». Cette décision est regrettable car la caisse des écoles en tant qu’établissement public autonome constitue un instrument important pour la démocratie locale puisque constituée à parité d’élus municipaux et de représentants de la communauté scolaire (enseignants, parents d’élèves…). Plutôt que de vouloir supprimer la caisse des écoles, pourquoi ne pas réfléchir au contraire à renforcer ses missions et donc son intérêt. La compétence de la restauration scolaire pourrait par exemple être dévolue à la caisse des écoles. Un travail devrait être mené en ce sens.

Le projet de mise en sommeil de la caisse des écoles a été adopté par 28 voix POUR (Majorité municipale LR + Union pour Louveciennes) et 1 voix CONTRE (Pascal Leprêtre – Pour Louveciennes Unie et Solidaire)

 

  • Le retour à la semaine de 4 jours pour les élèves de maternelle et de primaire

Sur ce dossier il est en premier lieu regrettable que l’État ait laissé les communes décider des rythmes scolaires qui seront appliqués dans les écoles publiques. Il s’agit là d’un renoncement de l’État dans une de ses responsabilités régaliennes. Aucun bilan des rythmes scolaires en vigueur depuis 2013 (2014 à Louveciennes) n’a d’ailleurs été communiqué par le nouveau gouvernement en place. Il est évident que les décisions des communes seront principalement prises sur des critères d’ordre financier plutôt que sur des critères d’ordre pédagogique. Ce sera le cas à Louveciennes.

En second lieu, si le Maire a déclaré suivre les avis des conseils d’école, favorables au retour à la semaine de 4 jours, (avis basés sur une consultation des parents d’élèves organisée par les associations représentatives, et non par la commune), aucun résultat précis de cette consultation n’a toutefois été communiqué au conseil municipal (si ce n’est qu’il y aurait « environ 60% de parents favorables au retour à la semaine de 4 jours« ). Aucun argument solide, outre l’argument financier, n’a été développé pour soutenir ce choix.

Résultat du vote : 28 voix POUR (Majorité municipale LR + Union pour Louveciennes) et 1 ABSTENTION (Pascal Leprêtre, Pour Louveciennes Unie et Solidaire)

 

  • La communauté d’agglomération et ses compétences

Une délibération sur la restitution par la communauté d’agglomération Saint-Germain Boucles de Seine aux communes concernées de l’ancienne communauté de communes Maisons-Mesnil et de l’ancienne communauté d’agglomération de la Boucle de la Seine de compétences optionnelles, à savoir les transports en commun (hors SNCF et RATP) et l’aménagement numérique, a été votée par le conseil municipal. Il s’agit d’une décision qui affaiblit les compétences de notre communauté d’agglomération Saint-Germain Boucles de Seine, et qui est même incohérente avec le projet de territoire de la communauté pour ce qui concerne l’aménagement numérique.

Résultat du vote : 27 voix POUR (Majorité municipale LR + Union pour Louveciennes), 1 voix CONTRE (Pascal Leprêtre, Pour Louveciennes Unie et Solidaire) et 1 abstention (Anne-Laure Pozzo-Deschanel, majorité LR)

Une autre délibération concernait le transfert à la communauté d’agglomération Saint-Germain Boucles de Seine de la responsabilité de toutes les Zones d’activité économique (ZAE) communales, pour lesquelles les dispositions du pacte financier et fiscal ne seraient pas applicables. La commune de Louveciennes a défendu ses intérêts concernant la zone de Villevert, classée zone de croissance, pour laquelle 50% des revenus fiscaux reviendront à notre commune en application du pacte financier et fiscal.

Résultat du vote : 24 voix POUR (Majorité municipale LR + Pascal Leprêtre, Pour Louveciennes Unie et Solidaire Union pour Louveciennes) et 5 voix CONTRE (Union Pour Louveciennes), 1 ABSTENTION (Anne-Laure Pozzo-Deschanel, majorité LR)

 

  • Questions sur les compteurs Linky

Les questions diverses ont été l’occasion d’interroger le maire sur les suites de l’incendie provoqué par un compteur Linky et sur les conclusions du rapport issu des travaux de la commission extra-municipale. Cliquez ici pour lire notre question20171206_CM 6 décembre_linky

Sur l’incendie, le Maire Indique avoir alerté le sous-préfet de l’incendie mais n’a pas entrepris de démarche auprès d’ENEDIS pour procéder à une vérification des compteurs posés dans la commune.

S’agissant du rapport de la commission extra-municipale (disponible ici) et en conclusion aux échanges qui ont eu lieu le Maire de Louveciennes indique ne pas avoir tiré de conclusions de la lecture de ce rapport et que la commune n’a pas compétence à interdire la pose des compteurs Linky. Il ajoute s’en remettre à la décision individuelle pour accepter ou refuser la pose de ce compteur.

 

  • La prétendue dangerosité des pelouses synthétiques et le stade des Arches

Ce fut également l’occasion d’interroger le Maire sur les pelouses synthétiques et leur prétendue nocivité. Cliquez ici pour lire notre question : 20171206_CM 6 décembre_pelouses synthétiques

Le Maire ne conteste pas la possible dangerosité des pelouses synthétiques, néanmoins il attend que des études contradictoires soient réalisées afin de prendre les décisions adéquates qui pourraient en découler.

Louveciennes : le rapport de la commission Linky rendu public (article du Parisien du 7 décembre 2017)

Louveciennes : le rapport de la commission Linky rendu public (article du Parisien du 7 décembre 2017)

Une commission extra-municipale a mené une vaste étude sur les conséquences du déploiement des compteurs intelligents. Lequel est… presque terminé.

C’était sans doute le dernier épisode de la saga Linky à Louveciennes. Réuni mercredi soir, le conseil municipal a pris acte, en fin de séance, de la remise du rapport de la commission extra-municipale chargée d’étudier en détail les conséquences du déploiement du fameux compteur intelligent.

Un document de 48 pages annexé de toutes les correspondances entre la ville, le sous-préfet et la société Enedis, qui a immédiatement été mis à disposition du public via le site Internet de la ville et le blog louveciennesplus.fr. Menée du 2 octobre au 30 novembre dernier, cette étude est présentée comme « s’appuyant sur des éléments factuels » et « des données d’organismes officiels et reconnus ». Les membres de la commission y passent notamment en revue les questions de la sécurité des données personnelles, des impacts écologiques, environnementaux ou économiques qui accompagnent l’installation des compteurs.

Mais ce rapport, jugé « complet » par le maire Pierre-François Viard (DVD) n’aura finalement qu’un but purement informatif. Car le déploiement est quasiment terminé sur la ville. Si Enedis n’avait encore installé que 157 compteurs en date du 18 octobre, soit une semaine après que le conseil municipal a voté une délibération demandant la suspension du déploiement jusqu’à la fin de l’année, 3 268 étaient en effet dénombrés ce mercredi. La preuve selon Pascal Leprêtre, membre de la commission et élu d’opposition, que l’initiative, a finalement eu « l’effet contraire » au but recherché. « Aujourd’hui, il ne reste plus que quelques habitations qui ne sont pas équipées », enchaîne l’élu en regrettant « que la commission n’ait pas été mise en place et n’ait pas pu commencer ses travaux plus tôt ». Evoquée une première fois en juin, la création de cette commission n’avait en effet été actée que le 12 octobre dernier.

Le conseil municipal de mercredi soir était aussi l’occasion de revenir sur l’incident du 27 novembre dernier : le départ de feu provoqué chez un particulier par l’un de ces nouveaux compteurs. « Dans l’après-midi, j’ai reçu la personne victime de cet incendie », explique Pierre-François Viard en assurant que la question « n’avait pas été prise à la légère ». L’élu dit également avoir « immédiatement contacté le sous-préfet par téléphone puis, de manière officielle par courrier » et s’être assuré « qu’Enedis allait diligenter une enquête ».
Le rapport de la commission extra-municipale Linky

Le rapport de la commission extra-municipale Linky

Le rapport issu des travaux de la commission extra-municipale Linky a été transmis au maire de Louveciennes le lundi 4 décembre 2017 et rendu public lors du conseil municipal du 6 décembre.

Retrouvez l’intégralité du document en cliquant ici :

RAPPORT FINAL ANALYSE IMPACTS DU COMPTEUR LINKY 4 décembre 17

La commission extra-municipale a également consulté des documents non repris dans le rapport et qui peuvent être consultés à partir des liens suivants, classés par ordre chronologique de parution décroissant :

17 septembre 2017 – Courrier du maire de Louveciennes à ENEDIS

26 juillet 2017 – Arrêté du Maire de Castres (Tarn)

7 juin 2017 – Rapport de l’ANSES sur l’exposition de la population aux champs électromagnétiques du compteur Linky

11 avril 2017 – Délibération 2017-041 du conseil municipal d’Orgeval

10 février 2017 – Synthèse du groupe de travail Linky de la ville de Tulle

février 2017 – Note du cabinet Artemisia_version complète

février 2017 – Note du cabinet Artemisia_version courte

6 octobre 2016 – Délibération 2016-65 du conseil municipal de Bougival

22 septembre 2016 – Article de l’agence de presse AFP

22 septembre 2016 – Arrêté du Maire de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)

juillet 2016 – Plaquette 2 pages sur Linky par ENEDIS

juillet 2016 – Plaquette 6 pages sur Linky par ENEDIS

28 juin 2016 – Compte rendu de réunion publique à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)

30 mai 2016 – Communiqué de presse de l’Agence Nationale des Fréquences

18 mai 2016 – Article du magazine en ligne Maire info

1er mai 2016 – Article du magazine 60 Millions de consommateurs

14 avril 2016 – Vœu du conseil municipal de Melun

avril 2016 – Article du magazine Canard PC Hardware

22 janvier 2016 – Extrait de compte-rendu du conseil municipal de Larnod (Doubs)

2016 – Plaquette 49 pages sur Linky par ENEDIS

2015 – Plaquette sur Louveciennes par ENEDIS

document non daté – Extrait d’une thèse de doctorat sur l’étude des émissions électromagnétiques du CPL_à l’Université européenne Télécom Bretagne

document non daté et non sourcé – Le CPL pollue-t’il le lieu d’habitation ?

 

A lire également l’article du Parisien du 7 décembre 2017 consacré à ce rapport

Incendie d’un compteur Linky à Louveciennes

Incendie d’un compteur Linky à Louveciennes

Lundi 27 novembre 2017, un compteur Linky a pris feu rue du président Paul Doumer.

Cette information, relatée dans Le Parisien du 28 novembre, nous amène à interpeller le Maire sur ce sujet.

Cet incident survient dans un contexte particulier à Louveciennes. Lors du conseil municipal du 8 juin 2017 des Louveciennois ont demandé au Maire la création d’une commission extra-municipale sur le sujet. Peu réceptive à ce sujet et bien que réticente à entrer dans une polémique avec ENEDIS, la municipalité a tardivement mis en place cette commission en faisant voter une délibération par le conseil municipal du 12 octobre 2017, soit plus de 4 mois après la demande.

Lors de sa première réunion, la commission, a demandé au maire d’inscrire à l’ordre du jour une délibération demandant la suspension de l’installation des compteurs jusqu’à nouvel ordre. Cette demande n’a pas aboutie, le maire ayant préféré faire voter une délibération demandant une suspension jusqu’au 1er décembre (soit pendant 5 semaines), mais sans l’intention de la faire appliquer. Résultat entre le conseil municipal du 12 octobre 2017 et le 28 novembre, ENEDIS a accéléré l’installation des compteurs sans que le Maire ne s’y oppose alors même que ces installations allaient à l’encontre de la délibération votée.

Aujourd’hui l’installation est quasiment terminée dans la commune avec plus de 3000 compteurs installés selon ENEDIS.

Cet incident suscite naturellement beaucoup d’interrogations et d’inquiétudes chez les Louveciennois. On peut légitimement s’inquiéter des conséquences d’un tel problème dans une habitation individuelle ou dans un immeuble collectif.

Cet évènement mérite une intervention municipale forte de la part du Maire auprès d’ENEDIS.

Aussi, nous demandons officiellement au Maire de Louveciennes, en sa qualité de garant de la sécurité publique sur le territoire communal,  d’exiger de la part d’ENEDIS deux mesures urgentes :

–          diagnostiquer l’origine du sinistre survenu hier rue du président Paul Doumer,

–          dans l’hypothèse où cet incident serait lié au compteur lui-même ou à un défaut dans son installation, de procéder à une vérification de l’installation des 3000 compteurs de la commune.

Pour accéder à la lettre adressée au maire le 28 novembre 2017 Cliquez ici 

A la date du 2 décembre ce courrier était toujours sans réponse…

Notre tribune libre dans Louveciennes Échos n°61

Notre tribune libre dans Louveciennes Échos n°61

Écologie et solidarité doivent être défendues.

Plan local d’urbanisme, circulation, qualité de l’eau, compteurs Linky… autant de sujets sur lesquels l’opposition que je représente est particulièrement vigilante.

La révision du PLU

Le rapport de l’enquête publique réalisée du 3 mai au 9 juin 2017 a été rendu par le commissaire-enquêteur mais la finalisation de la révision du PLU se fait attendre.

Le point critique qui retarde le vote du PLU par le conseil municipal concerne le nombre de logements à construire sur le site de Villevert. Rappelons que notre ville est toujours très loin de l’obligation légale de 25% de logements sociaux. Or, le maire et sa majorité municipale n’ont pas pris les mesures nécessaires pour atteindre ce taux. Ainsi le maire souhaite autoriser la construction de 350 logements avec un taux de 60% de logements sociaux, alors que l’État souhaite que Louveciennes rattrape son retard avec une première phase 350 logements dont 30 à 35% de logements sociaux puis, à partir de 2021, une seconde phase de 250 logements, toujours avec un taux de 30 à 35% de logements sociaux, après évaluation de l’impact de la première phase de construction.

La circulation

La problématique de la circulation a également été évoquée par l’enquête publique et la majorité municipale a indiqué qu’un plan global de circulation tenant compte des différentes opérations immobilières prévues dans le PLU était en cours de réalisation. Ce sujet doit impérativement être concerté avec les habitants et commerçants.

La qualité de l’eau à Louveciennes

L’eau potable distribuée à Louveciennes respecte les exigences sanitaires de l’Agence Régionale de Santé. Toutefois les rapports annuels 2015 et 2016 sur la qualité de l’eau à Louveciennes mentionnent la présence résiduelle d’un pesticide, un dérivé de l’atrazine, herbicide utilisé dans l’industrie agricole jusqu’en 2003 en Europe, année durant laquelle son utilisation a été interdite par la Commission européenne. Le pesticide atrazine est soupçonné d’être à l’origine de malformations de la boîte crânienne des nouveaux nés et d’être un produit cancérigène.

La dose résiduelle de ce pesticide est certes conforme à l’exigence sanitaire, mais on ne peut que s’inquiéter que les nappes phréatiques qui alimentent l’usine de production d’eau de Louveciennes restent polluées plus de 12 années après l’interdiction d’utilisation de ce produit. Ceci doit nous faire prendre conscience de l’importance à faire supprimer l’usage des produits chimiques potentiellement dangereux pour la santé, comme le glyphosate.

Les compteurs électriques Linky

A la demande de quelques citoyens inquiets par ces compteurs électriques « communicants » une commission extra-municipale a été mise en place. Malheureusement cette commission, qui aura été mise en place laborieusement par le maire, n’a ni les moyens ni le temps de travailler sur cette question et les quelques propositions formulées par celle-ci n’ont pas été retenues par le maire. Dommage que cette question ne fasse pas l’objet d’une réelle attention de la part de la majorité municipale et d’une véritable étude objective, mais uniquement d’une opération de communication.

La qualité de l’eau potable à Louveciennes

La qualité de l’eau potable à Louveciennes

L’eau potable distribuée à Louveciennes par le syndicat mixte pour la gestion du service des eaux de Versailles et Saint-Cloud (SMGSEVESC) respecte les exigences sanitaires de l’Agence Régionale de Santé. Les rapports annuels 2015 et 2016 sur la qualité de l’eau à Louveciennes mentionnent toutefois la présence résiduelle d’un pesticide, un dérivé de l’atrazine, herbicide utilisé dans l’industrie agricole jusqu’en 2003 en Europe, année durant laquelle son utilisation a été interdite par la Commission européenne. Le pesticide atrazine est soupçonné d’être à l’origine de malformations de la boîte crânienne des nouveaux nés et d’être un produit cancérigène.

Cette information sur la présence de ce résidu de pesticide n’est publiée que depuis le rapport annuel 2015 du délégataire chargé de la production d’eau potable dans l’usine de Louveciennes, le service des eaux de l’Ouest parisien (SEOP), nommé depuis 2015. Les rapports annuels du précédent délégataire – cliquer ici pour visualiser un extrait du rapport 2014 – ne mentionnaient que l’appréciation qualitative suivante : « l’eau produite par l’usine de Louveciennes est d’excellente qualité au regard des exigences réglementaires » !

La réglementation exige que le dosage d’un résidu de pesticide ne doit pas dépasser 0,1 µg/litre et le total des différents résidus de pesticides présents ne doit pas dépasser 0,5 µg/litre. Les rapports du SEOP mentionnent que l’eau produite par l’usine de Louveciennes contenait 0,02 µg/litre de dérivé d’atrazine en moyenne en 2015, et 0,018 µg/litre en 2016. Les fiches d’information publiées par l’Agence Régionale de Santé Île-de-France peuvent être consultées en cliquant ici pour l’année 2016 et ici pour l’année 2015. La dose résiduelle est certes conforme à l’exigence sanitaire, mais on ne peut que s’inquiéter que les nappes phréatiques qui alimentent l’usine de production d’eau de Louveciennes restent polluées plus de 14 années après l’interdiction d’utilisation de ce produit. Cette pollution résiduelle démontre la nocivité dans le temps des produits chimiques utilisés dans l’agriculture et doit – à l’heure ou la Commission européenne n’arrive pas à trouver un accord sur l’interdiction du glyphosate, produit massivement utilisé en agriculture et dangereux pour les abeilles – nous faire prendre conscience de l’importance à faire supprimer l’usage des produits chimiques potentiellement dangereux pour la santé.