La Tribune de la liste PLUS – Louveciennes-Echos juillet 2019

La Tribune de la liste PLUS – Louveciennes-Echos juillet 2019

Chères Louveciennoises, chers Louveciennois,

Pour des repas de meilleure qualité dans les cantines de nos écoles… suite

A l’occasion du renouvellement du prestataire  en charge de  la fourniture des repas  destinés aux crèches, écoles et structures accueillant les séniors, la liste PLUS agit depuis plus d’un an afin que tout soit fait pour permettre de délivrer des repas de qualité, bio et sans perturbateurs endocriniens.

Lors de ses vœux pour l’année 2019, le maire a semblé tenir compte de notre souhait ainsi que des revendications de nombreux parents d’élèves, en promettant le maintien de la liaison chaude et de la cuisine centrale, l’utilisation de produits de qualité et la non utilisation de barquettes plastiques dont le réchauffement est à l’origine de la migration vers les aliments de substances indésirables telles que les perturbateurs endocriniens.

Restait à mettre en œuvre ces engagements…

Un premier appel d’offres a été lancé en janvier sur la base d’un cahier des charges fort complexe rédigé par un cabinet extérieur. Il a abouti logiquement à un échec faute d’un nombre suffisant de réponses.

Un deuxième appel d’offres a donc été lancé en avril 2019, sur la base d’un cahier des charges légèrement modifié, mais malheureusement tout aussi complexe que le premier ! Il en résulte de fortes inquiétudes quant au respect des engagements du maire, et il est à craindre que le futur contrat soit encore attribué à une société plus soucieuse de son chiffre d’affaires et de ses bénéfices que de la qualité des repas servis.La liste PLUS demeure particulièrement vigilante sur ce dossier primordial pour la santé de nos enfants et séniors.

Le budget 2019 : la majorité refuse la baisse des impôts locaux que nous avons proposée

Le budget 2019 a été examiné lors du conseil municipal du 10 avril. Nous avons rappelé notre proposition de revenir sur l’importante hausse des impôts décidée par le maire en 2016 (qui s’élève à plus de 600.000 € en 2019). Le budget 2019 présente en effet des marges de manœuvre permettant une diminution des impôts locaux. En premier lieu le remboursement de la dette communale est en diminution pérenne de 420.000 € dès 2019, et diminuera de 256.000 € supplémentaires en 2021, toujours de façon pérenne ; ces diminutions de charges d’emprunts compenseront donc intégralement en 2021 la hausse des impôts de 2016. En second lieu, les dépenses prévisionnelles du budget 2018 ont été largement surestimées et une partie des très importants excédents de réalisation pourrait être provisionnée au profit d’une baisse des impôts locaux en 2019 et 2020.

 

Oui à un pôle médical, non à la suppression d’un commerce !

Le maire a proposé lors du conseil municipal du 18 juin de transformer les locaux anciennement occupés par un restaurant grec, en un pôle médical. Si le souhait de créer un pôle médical ne fait pas débat, en revanche nous nous opposons catégoriquement quant au choix de son implantation.

La suppression de ce local commercial a malheureusement été adoptée par 19 voix sur 29, condamnant ainsi définitivement toute possibilité de redynamiser la place de l’église déjà peu attractive.  

 

Pascal Leprêtre
Conseiller municipal

plepretre@mairie-louveciennes.fr

Retour sur le conseil municipal du 18 juin 2019

Retour sur le conseil municipal du 18 juin 2019

Le compte administratif de l’année 2018

Cette séance était l’occasion de voter sur le compte administratif de la commune, document qui retrace l’exécution du budget de l’année précédente par le maire.

Ce fut l’occasion pour la liste PLUS de contester la gestion financière de notre commune dont elle ne partage pas les choix. Sans remettre en cause la sincérité des chiffres de ce document, la liste PLUS a voté contre.

POUR : 22 (Majorité LR)

CONTRE : 2 (Pascal Leprêtre (PLUS) et Marc Richard (indépendant)

ABSTENTIONS : 5 (Liste UDI – Modem « Union pour Louveciennes »)

 

La création de maisons médicales place de l’église et au entre commercial des Clos

Pascal Leprêtre (PLUS) a exprimé son soutien à cette initiative de création de maisons médicales tout en regrettant le choix de l’emplacement de celle prévue en centre-ville dans les locaux de l’ancien restaurant grec. Alors même que la situation du commerce local autour de l’église est désastreuse du fait d’une absence offre de commerces de proximité suffisante, la suppression d’un local commercial très bien situé amenuise les chances de redynamiser cet espace  et le condamne à la déshérence des louveciennois.

Cette délibération a fait l’objet d’un très bon débat mais a malheureusement été adoptée avec une faible majorité.

POUR : 19 (Majorité LR)

CONTRE : 5 (Pascal Leprêtre (PLUS), Marc Richard (indépendant), Philippe Delarue, Nicolas Vatar et  son pouvoir Béatrice Baumann (majorité LR)

Abstentions : 5 (Liste UDI Modem « Union pour Louveciennes »)

 

Création de deux terrains de football à 5 sur le site des Arches.

Ces terrains sont incontestablement une bonne chose pour le développement de la pratique sportive dans notre ville. Il est à regretter le recours à du gazon synthétique pour la réalisation de ces espaces compte-tenu des risques potentiels de ces matières pour la santé des pratiquants. La liste PLUS a alerté le maire dès le 6 décembre 2017 sur cette question (retrouvez nos différentes interventions sur le sujet en cliquant ici).

POUR : 27 (Majorité LR + Liste UDI Modem « Union pour Louveciennes »)

ABSTENTIONS : 2 (Pascal Leprêtre (PLUS) + Marine Janiaud (majorité LR)

Notre intervention sur le budget municipal 2019

Notre intervention sur le budget municipal 2019

Monsieur le Maire, chers collègues,

Avant d’aborder le budget proprement dit je souhaite faire une remarque liminaire sur la procédure budgétaire.

Comme chaque année le budget de l’année en cours, tout comme le rapport d’orientations budgétaires, sont présentés très tardivement. Des communes voisines sont pourtant en mesure de voter leur budget bien plus tôt que celui de Louveciennes. Je citerai La Celle Saint-Cloud qui a voté son budget primitif 2019 le 11 décembre 2018 et Bougival dont le budget 2019 a été voté le 14 février 2019, soit deux mois avant celui que nous examinons ce soir. De même, il serait préférable de tenir le débat d’orientation budgétaire plus en amont du vote du budget. Il serait judicieux de mettre en application à Louveciennes les bonnes pratiques de ces communes pour les prochains budgets.

J’en viens maintenant au budget proposé pour cette année 2019.

1èreobservation : les restes à réaliser

Concernant les montants indiqués dans les tableaux de synthèse du projet de budgetj’ai noté les montants très élevés des excédents de réalisation du budget 2018, reportés sur le budget 2019 : 2.163.000 € sur le budget de fonctionnement, et 1.760.000 € sur le budget d’investissement.

Le résultat excédentaire 2018 en fonctionnement devrait financer partiellement le budget d’investissement ainsi qu’une provision pour dépenses imprévues qui s’élève à 427.500 €, montant élevé qui à la lecture du document n’apparaît pas justifié. Je souhaiterais sur ce point précis savoir quels sont les risques justifiant une telle provision en matière de fonctionnement ?

Quant au reste à réaliser du budget d’investissement 2018 je ne peux que m’étonner du nombre d’opérations qui n’ont pu être réalisées en 2018 et ont été décalées en 2019, et m’interroger sur les raisons de cette inefficacité dans la mise en œuvre du budget dans notre commune.

 

2èmeobservation : les opérations programmées en investissement

Concernant les diverses opérations programmées en investissement je ne peux que constater la coïncidence entre la programmation de certaines opérations promises électoralement et la proximité de plus en plus grande des élections municipales.

Je citerai en premier les dépenses que vous estimez liées à la sécurité des Louveciennois. 170.000 € seront dépensés en 2019 pour une première phase d’extension du système de vidéoprotection, avec la promesse pour 2020 d’une deuxième phase s’élevant également à 170.000 €. Vous avez par ailleurs décidé d’équiper notre police municipale avec des armes létales dont le budget d’achat de 5800 € est relativement modeste. Il faut toutefois y ajouter un budget bien plus conséquent de 90.000 € pour sécuriser le local de la police municipale afin j’imagine d’assurer la protection des armes létales qui seront stockées dans une armoire-coffre à 990 €. Ce sont donc 266.790 € que vous consacrerez en 2019 à la sécurité ce qui, même si la sécurité de nos concitoyens doit être prise en compte, est  déraisonnable et disproportionné.

Je citerai en second lieu les dépenses en matière de jeunesse. La jeunesse était une de vos priorités de campagne électorale mais sans que les budgets précédents n’aient vraiment fait état de cette priorité. Après 5 budgets sans dépenses significatives en faveur de la jeunesse le budget 2019 se soucie enfin des jeunes louveciennois, et je m’en félicite, avec une enveloppe budgétaire de 300.000 € pour l’aménagement d’un espace de glisse à l’Étang Sec et la création d’un terrain de football à 5.

 

3èmeobservation : la fiscalité

Je renouvelle ma proposition faite lors du débat d’orientations budgétaires de revenir sur l’importante augmentation des impôts que vous avez imposée aux Louveciennois en 2016, et qui a permis une augmentation des recettes fiscales de 600.000 €. Je rappelle que dès cette année 2019 le remboursement annuel de nos emprunts diminue de 420.000 €, et que ce remboursement annuel diminuera de 285.000 € en 2021 par rapport à 2019, ce qui compensera totalement et de façon pérenne l’augmentation des impôts 2016.

On peut aussi dès cette année 2019 trouver un budget de 600.000 € qui permettrait de compenser la hausse des impôts.

Comment faire ? Les solutions sont multiples, non pénalisantes pour les finances louveciennoises et sans impact négatif sur la qualité de vie des Louveciennois, en combinant plusieurs lignes budgétaires disponibles ou non essentielles :

  • la provision pour dépenses imprévues de 427.500 € dans le budget de fonctionnement,
  • le budget sécurité global de 266.790 €,
  • le budget vidéoprotection seul de 170.000 €,
  • l’éclairage en lumière bleue de deux passages piétons budgétés pour 44.200 €,
  • la diminution ou la suspension des indemnités du maire et des adjoints, qui s’élèvent à 130.000 € et qui correspond à plus de 21% de l’augmentation des recettes fiscales de 2016. Je rappelle que si toutes les postes budgétaires ont été rabotées ces dernières années, celui-ci ne l’a pas été. Un effort devrait être fait temporairement.

De nombreuses combinaisons sont possibles pour économiser 600.000 € et un refus de votre part d’envisager cette réduction d’impôt serait en contradiction avec la tendance qui semble se dégager des contributions du grand débat national.

4èmeobservation : les subventions aux associations

Vous mentionnez votre volonté d’accorder plus de subventions aux associations œuvrant dans le domaine social. Je constate toutefois que les subventions de catégorie « Action sociale et politique familiale » s’élèvent à 6100 € cette année contre 6250 € en 2018, ce qui représente moins de 11% du budget attribué aux associations ou 0,04% du budget de fonctionnement. Il y a là une contradiction entre vos écrits et vos actes.

Je rappelle ma demande formulée lors du débat d’orientations budgétaires concernant l’augmentation de la subvention attribuée à l’OGEC, c’est-à-dire l’école Saint Jeanne d’Arc, pour laquelle je souhaite qu’elle soit calculée sur la base de ce qui est dépensé par la commune pour le fonctionnement des écoles publiques, ramené à un coût unitaire par élève, que l’on multiplie par le nombre d’élèves de l’école privée. Sans nullement remettre en cause la subvention à l’école privée, il est en revanche impératif, sauf à ne pas respecter la loi, de s’appuyer sur cette règle de calcul tenant compte des dépenses réelles plutôt que de décider de temps à autre une augmentation arbitraire de la subvention. Vous n’avez pas donné suite à ma demande et je la renouvelle ici-même.

Je terminerai avec deux questions.

Concernant la mise aux normes de la cuisine centrale qui coûterait 500.000 € selon un article en ligne du quotidien Le Parisien. Confirmez-vous ce coût ? Est-il programmé dans le budget 2019 ?

Enfin je regrette la faiblesse du budget consacré à des mesures en faveur du développement durable, puisque je n’ai identifié que la pose de deux bornes de charge pour les véhicules électriques. Y-a-t’il d’autres actions prévues dans le budget ?

 

En conclusion, vos choix budgétaires ne s’imposent pas avec évidence aux yeux de la liste PLUS dont le projet est tourné vers la solidarité et l’écologie. J’aurais bien entendu souhaité que d’autres priorités politiques soient mises en avant. D’autres choix politiques sont possibles, un autre budget est possible.

Pascal Leprêtre

Conseiller municipal (Pour Louveciennes Unie et Solidaire)

Débat d’orientations budgétaires, sectorisation scolaire…retour sur le conseil municipal du 21 mars 2019

Débat d’orientations budgétaires, sectorisation scolaire…retour sur le conseil municipal du 21 mars 2019

  1. Ce conseil municipal était principalement consacré au débat d’orientations budgétaires.

A cette occasion, notre conseiller municipal a fait une déclaration dans laquelle

– il a mentionné que les prévisions budgétaires du maire LR de Louveciennes ne semblent pas réalistes au regard de l’exécution du budget de l’an passé ;

– il a suggéré au maire d’envisager une réduction des impôts locaux dès cette année compte tenu de la diminution importante de la charge d’emprunt et du très important résultat excédentaire du budget de fonctionnement 2018.

– il s’est félicité de voir enfin programmés un aménagement de pistes cyclable le long de la route de Versailles et des travaux d’accessibilité pour les personnes handicapées.

(Lire l’intégralité de l’intervention de Pascal Leprêtre ci-dessous)

Compte tenu de ces éléments Pascal Leprêtre a voté CONTRE ces orientations budgétaires.

Celles-ci ont néanmoins été adoptées.

Détail des votes  :

22 voix POUR : liste de la majorité LR « Louveciennes Demain »

6 abstentions : liste UDI – Modem « Union pour Louveciennes » + un élu indépendant

1 voix CONTRE : Pascal Leprêtre – « Pour Louveciennes Unie et Solidaire »

 

  1. Sectorisation scolaire

Une nouvelle sectorisation scolaire a été proposée au conseil municipal pour rattacher la partie basse des Plains Champs au groupe scolaire Doumer et la partie haute au groupe scolaire Leclerc.

Pascal Leprêtre a fait remarquer au maire que cette sectorisation intervient bien tard et a rappelé qu’il avait demandé une nouvelle sectorisation l’an passé afin notamment d’anticiper sur le risque de fermeture de classe en maternelle à l’école Leclerc.

Résultat des votes :

23 voix POUR : liste de la majorité LR « Louveciennes Demain » + un élu indépendant

6 abstentions : liste UDI – Modem « Union pour Louveciennes » + Pascal Leprêtre – « Pour Louveciennes Unie et Solidaire »)

 

Intervention de Pascal Leprêtre dans le cadre du débat d’orientations budgétaires

Monsieur le Maire, chers collègues,

Je souhaiterais rappeler en préambule que le rapport d’orientations budgétaires est censé couvrir trois années budgétaires, 2019, 2020 et 2021. Comme les années précédentes le rapport 2019 est principalement une présentation anticipée du budget de l’année en cours, qui sera très prochainement soumis au vote du conseil municipal.

Le budget 2020 n’est évoqué qu’au travers de quelques dépenses chiffrées d’investissement. Quant au budget 2021, il est inexistant dans ce document. Le
rapport 2018 avait au moins le mérite de présenter un tableau prévisionnel d’investissements pour les années 2018, 2019 et 2020.

Au-delà de cette remarque générale je constate des écarts très importants entre le réalisé et la prévision pour l’année 2018. Les recettes réelles de fonctionnement ont été supérieures de 910.000 € à la prévision du budget primitif, soit environ +7,2 %.

Quant aux dépense réelles de fonctionnement elles sont inférieures de 1.208.000 € à la prévision, soit environ -7,7 %. Il en va de même pour l’investissement dont les recettes réelles ont été supérieures de 232.000 € par rapport à la prévision, et les dépenses réelles inférieures de 2.292.000 €, toujours par rapport à la prévision. Cela dégage au total une marge de 2,1 millions d’euros sur le budget de fonctionnement et de 2,5 millions d’euros sur le budget d’investissement. Une partie de ces marges a été utilisée pour combler le déficit de recettes d’investissement, qui s’élève à 1.289.000 € en réalisé. Il reste toutefois une marge substantielle de l’ordre de 3,3 millions dont vous pourrez peut-être nous dire l’usage qui en sera fait dans les budgets à venir.

Si l’art de la prévision budgétaire justifie une certaine prudence dans les estimations, les écarts importants entre le réalisé et la prévision posent question sur la façon dont sont estimées ces prévisions, et je souhaiterais avoir monsieur le maire vos explications sur la raison de ces écarts considérables qui semblent être en décalage total avec la réalité.

Le budget 2019 tel qu’il est esquissé semble par conséquent se présenter de façon satisfaisante au plan budgétaire, d’autant plus que les charges d’emprunts diminuent cette année de 420.000 €, ce qui augmente d’autant votre marge de manœuvre budgétaire.
J’ai noté le maintien des taux fiscaux pratiqués par la commune depuis la forte augmentation que vous avez décidée en 2016, qui rapportait selon mon calcul 592.000 € à la commune, soit plus de 600.000 € aujourd’hui. Dès lors, il serait justifié d’envisager dès le budget primitif 2019 une réduction des impôts compte tenu de la réduction pérenne de la charge d’emprunts, qui diminuera encore d’un montant substantiel en 2021.
J’ai également noté s’agissant de la fiscalité, qu’il est fait mention d’une réduction de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères, prélevée dans les taxes foncières. Il s’agit du premier impact fiscal en faveur des contribuables apporté par notre communauté d’agglomération.

S’agissant des dépenses d’investissement envisagées dès cette année, le projet de création de maisons médicales est le projet le plus coûteux selon votre estimation, 1,3 million d’euros sur les années 2019 et 2020. Si l’intérêt de ce projet n’est pas contestable il est surprenant de constater qu’il n’était pas envisagé dans le rapport d’orientation budgétaire 2018, ce qui montre un manque d’anticipation dans vos prévisions budgétaires. Pouvez-vous à ce sujet nous indiquer le montant des subventions attendues, et si l’exploitation de ces infrastructures ne présentera pas de
risques pour la commune ?

Concernant la demande de l’OGEC, c’est-à-dire l’école Saint Jeanne d’Arc, d’augmenter la subvention qui lui est attribuée par la commune. Sans remettre en cause le versement de cette subvention à l’école privée qui est une exigence légale, je souhaiterais que cette demande soit examinée de façon circonstanciée, si possible avant son vote en conseil municipal. Une règle applicable est que la subvention soit calculée sur la base de ce qui est dépensé par la commune pour le fonctionnement des écoles publiques, ramené à un coût unitaire par élève, que l’on multiplie par le nombre d’élèves de l’école privée. Il est par conséquent impératif, sauf à ne pas respecter la loi, de s’appuyer sur cette règle de calcul tenant compte des dépenses réelles plutôt que de décider de temps à autre d’augmenter la subvention.

Sur le logement social, le rapport mentionne le respect des exigences législatives triennales pour la période 2019-2021. Avez-vous des informations sur le projet Villevert, qui fait partie des sites à urbaniser permettant de respecter l’exigence légale de la loi SRU en 2025 ? Je rappelle que suite à la révision du PLU il est prévu sur ce site la construction de 350 logements dont 210 logements sociaux. Ceci m’amène aussi à vous interroger sur la population de notre commune. Le chiffre 2017 ne tient pas compte des habitants du nouveau quartier des Plains Champs. Avez-vous une estimation précise du nombre de Louveciennois y habitant ?

En matière de circulation douce le rapport fait état, je cite, « d’une demande expresse auprès de la communauté d’agglomération pour la création d’une piste cyclable reliant Louveciennes à Versailles ». Cela fait de nombreuses années que je demande régulièrement la réalisation de cette piste cyclable et je suis évidemment favorable à cette initiative. Mais je m’interroge sur le timing tardif de cette demande. N’était-il pas possible de faire cette demande au moins depuis 2016, année de création de la CASGBS.

Enfin, j’ai noté avec satisfaction que les travaux d’accessibilité – pour lesquels je suis régulièrement intervenu ces dernières années – se concrétisaient enfin avec des travaux en mairie et à la maison des enfants, et avec des prévisions pour les années 2019 et 2020. J’espère que les efforts seront poursuivis comme prévu en 2019 et 2020.

Pour une cantine scolaire de qualité

Pour une cantine scolaire de qualité


En 2014, lors du renouvellement des marchés de restauration dans les cantines communales, notre liste s’était beaucoup impliquée dans la rédaction du cahier des charges et avait obtenu une nette amélioration de la qualité des repas servis à nos enfants dans les crèches et les écoles, que ce soit sur le plan de la qualité gustative, de la qualité nutritive, de l’équilibre alimentaire, de l’origine des aliments ou encore sur le plan de l’aspect environnemental.

Après une prolongation en gré à gré d’une année (que nous avons contestée en conseil municipal car injustifiée), les marchés conclus en 2014 arrivent aujourd’hui à terme et à l’occasion de la future mise en concurrence, le maire et sa majorité ont engagé une réflexion sur un changement du système de restauration. A l’occasion de deux réunions d’information auxquelles notre conseiller municipal Pascal Leprêtre a été convié, plusieurs scénarios sont sur la table.

  •  La délégation du service public de la restauration scolaire pour une très longue période (6, 7 8 ou 9 ans) à un prestataire via une délégation de service public. Ceci signifierait que la restauration scolaire serait l’affaire de cette seule entreprise privée et que le personnel communal aujourd’hui affecté à la cuisine centrale n’aurait plus lieu d’être. Ce système n’est pas de nature à garantir un service de qualité sur une longue durée puisqu’il amoindrit l’intervention de la commune et ne permet pas de remettre en concurrence le prestataire choisi à des échéances courtes, notamment lorsque la qualité du service n’est pas satisfaisante. Pascal Leprêtre a fait valoir ces arguments lors des réunions consacrées à ce sujet. Nous espérons qu’il soit entendu
  • Le passage de la liaison chaude (système consistant à préparer le repas dans la cuisine centrale située à l’école des Soudanes, et à le conserver au chaud jusqu’à ce qu’il soit servi aux enfants) à un système de liaison froide (système consistant à préparer le repas à l’avance dans une cuisine centrale qui pourrait être située ailleurs qu’à Louveciennes, et à le faire livrer dans les écoles sous forme de barquettes à réchauffer sur place). La liaison froide est très critiquée dans les communes où elle est mise en place du fait de l’industrialisation des repas qu’elle implique, de la qualité souvent médiocre des plats qui en découle, et de l’utilisation de barquettes, généralement en matière plastique, susceptibles de diffuser des perturbateurs endocriniens dans les aliments. Pour toutes ces raisons, nous sommes opposés au passage à la liaison froide et espérons être également entendus sur ce point très important.

À Louveciennes, nous avons la chance d’avoir une cuisine centrale permettant d’assurer une restauration scolaire de bonne qualité en liaison chaude. Tel n’est pas le cas dans beaucoup de communes avoisinantes qui ont fait le choix de privilégier les économies budgétaires que permet la liaison froide plutôt que la qualité des repas dans les cantines. Le maire et son équipe semblent malheureusement s’orienter vers cette solution, au motif que beaucoup de communes l’ont déjà adoptée et que financièrement ce système est plus économe.

Pour notre part nous pensons que la qualité de la restauration scolaire doit être une priorité. S’il est possible de faire des économies sur certains services offerts à la population, le service de la restauration scolaire ne doit pas en faire partie. Conformément à notre programme électoral défendu lors des dernières élections municipales nous sommes favorables au maintien de la cuisine centrale à Louveciennes et du système actuel de la liaison chaude.

Nous plaidons également pour une amélioration de la restauration scolaire : aujourd’hui c’est bien, demain cela doit être mieux !

Nous exigeons que la municipalité anticipe sur la mise en vigueur du projet de loi « pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous » qui exigera d’ici 2022 que les repas servis dans les cantines publiques devront comprendre au moins 50% de produits issus de l’agriculture biologique ou tenant compte de la préservation de l’environnement, avec au minimum 20% de la valeur totale en produits bio.

Nous exigeons  également  un approvisionnement en circuits courts qui nous parait difficilement envisageable dans un système de liaison froide.

 

A ce sujet :

 

  • Des représentants des parents d’élèves des écoles de Louveciennes ont créé un collectif « Pour une cantine saine » qui vient de lancer une pétition pour défendre le système de restauration scolaire à Louveciennes. Nous ne pouvons que souscrire à cette initiative citoyenne et vous inviter à signer cette pétition en ligne : https://www.mesopinions.com/petition/enfants/aux-perturbateurs-endocriniens-assiettes-nos-enfants/48272, qui a recueilli près de 500 signatures à la date du 10 septembre 2018.

 

  • Le projet de loi, en particulier son article 11, « pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous », dans sa version du 3 juillet 2018 transmise par le Sénat à l’Assemblée nationale dans le cadre de la navette parlementaire, est accessible à l’adresse suivante : http://www.assemblee-nationale.fr/15/projets/pl1135.asp

 

  • Retrouvez nos propositions faites lors des dernières élections municipales en cliquant ici

 

Fermeture d’une classe l’année prochaine à Louveciennes : vrai ou faux ?

Fermeture d’une classe l’année prochaine à Louveciennes : vrai ou faux ?

Lors du conseil municipal du 13 mars 2018, Pascal Leprêtre, conseiller municipal de la liste PLUS avait interrogé le maire sur la fermeture d’une classe maternelle annoncée à la rentrée prochaine à l’école Gabriel Fauré (groupe scolaire Leclerc). (Pour lire l’intégralité de la question, cliquez ici). Cette information émanait d’un article publié dans Le Parisien le 8 mars 2018 (article accessible en cliquant ici).

Le maire LR de Louveciennes s’était voulu rassurant dans sa réponse indiquant qu’il n’avait pas eu d’information officielle, qu’il allait se renseigner auprès de l’inspection académique et que si un risque de fermeture se présentait, il s’engageait à prendre toutes les mesures pour maintenir cette classe y compris à réviser la sectorisation scolaire de la commune comme Pascal Leprêtre le lui avait suggéré.

Lors du conseil municipal du 29 mars, Pascal Leprêtre a de nouveau interpellé le maire à ce sujet lui demandant s’il avait contacté l’académie de Versailles et si cette information du Parisien avait été infirmée ou confirmée. Le maire a répondu qu’il n’avait pas pris contact avec les services académiques et qu’il n’avait à ce jour reçu aucune information officielle par rapport à cette fermeture de classe. Or, d’après nos informations cette fermeture de classe est actuellement bien envisagée par l’académie de Versailles et aurait été fait l’objet d’une notification officielle. En attendant aucune modification de la carte scolaire n’a été présentée au conseil municipal.

Un budget 2018 inacceptable

Un budget 2018 inacceptable

Le conseil municipal du mercredi 28 mars était principalement consacré au vote du budget de l’année 2018.

Il est navrant de constater qu’à l’occasion du vote du budget c’est-à-dire le vote le plus important de l’année, 10 élus municipaux sur 29 était absents. Notons que ces 10 absents appartiennent à la majorité municipale LR.

A l’occasion de la discussion précédent le vote, notre conseiller municipal Pascal Leprêtre a pris la parole pour relever les insuffisances du budget et faire des propositions alternatives à ceux du maire. Cette intervention a porté sur plusieurs points :

Il a ainsi regretté la présentation du budget qui ne permet pas de l’analyser sérieusement et a suggéré qu’une présentation claire et didactique soit réalisée pour permettre au maximum de Louveciennois de comprendre comment étaient utilisé le produit de leurs impôts.

Il a également insisté sur l’investissement estimant que depuis plusieurs années le patrimoine se dégradait considérablement qu’il s’agisse de la voirie, des trottoirs, des écoles ou des crèches et qu’il fallait aujourd’hui rattraper le retard accumulé en la matière.

De même il est revenu comme chaque année sur la nécessité (qui par ailleurs est une obligation légale) de mettre aux normes d’accessibilité nos bâtiments et notre voirie. Il a regretté que les circulations douces (cyclistes et piétonnes) ont été oubliées jusque-là malgré les engagements électoraux du maire et les déclarations de principe dans le PLU (absence de piste cyclable le long de la route de Versailles, absence de cheminement piétonnier desservant le nouveau quartier des Plains-Champs…)

S’agissant du fonctionnement il a fait remarquer que si la rigueur s’applique à tous les postes budgétaires, elle ne s’appliquait nullement aux indemnités du maire et de ses adjoints dont la ligne budgétaire continue à augmenter.

Il s’est également étonné que le conseil municipal soit mis devant le fait accompli s’agissant de la décision d’armer la police municipale et de renforcer la vidéo protection estimant que ces sujets graves et sensibles méritaient un débat préalable, transparent et sérieux en conseil municipal.

Enfin, il a rappelé son attachement à l’intercommunalité et proposé de nouvelles synergies intercommunales comme la création d’une « commune nouvelle » entre Louveciennes et Le Port-Marly qui permettrait non seulement des économies, mais surtout un maintien des dotations de l’Etat dans un contexte où elles diminuent pour notre commune au grand désarroi du maire.

Retrouvez le texte de l’intervention de la liste PLUS en cliquant ici

Retour sur le conseil municipal du mardi 13 mars 2018

Retour sur le conseil municipal du mardi 13 mars 2018

Ce mardi 13 mars 2018, le conseil municipal de Louveciennes s’est réuni pour discuter principalement des orientations budgétaires 2018. Ce fut également l’occasion pour notre liste de poser au maire plusieurs questions diverses sur différents sujets intéressant notre commune.

 

  • Les orientations budgétaires 2018

Notre liste, par l’intermédiaire de son représentant Pascal Leprêtre, est intervenue pour regretter les insuffisances du document présenté à l’appui de ce débat (pour consulter ce document cliquez ici) et le manque de lisibilité des engagements pluriannuels envisagés par le maire LR et son équipe. Ce fut également l’occasion pour notre liste de regretter certains choix : absence d’engagements clairs en matière d’accessibilité, disparition de la caisse des écoles, absence d’engagements sur la tarification sociale, absence d’engagements concrets en matière d’écologie. Nous avons bien entendu voté contre. (résultats du vote : 1 contre (PLUS), 5 abstentions (Union pour Louveciennes – UDI), 23 pour (majorité LR))

Retrouvez l’intégralité de notre intervention en cliquant ici.

 

  • Question sur le quartier Plains Champs et son accessibilité par les piétons (Pour lire l’intégralité de notre question cliquez ici).

À quand un trottoir digne de ce nom le long de la N186 pour relier le centre de Louveciennes à ce nouveau quartier ?

La maire a dégagé toute responsabilité municipale dans ce dossier arguant qu’il était en attente de l’autorisation de la direction des routes d’Île-de-France (DIRIF).

 

  • Question sur la desserte de Louveciennes par la ligne de bus n°6 exploitée par Veolia (Pour lire la question cliquez ici).

Le maire a indiqué qu’effectivement la cadence et les horaires devraient être modifiés à la rentrée de septembre, et qu’il y aura deux véhicules pour assurer les rotations. S’agissant de la desserte du quartier du hameau de la ferme, le maire a indiqué que cette extension de la ligne n’était pas d’actualité.

 

Le maire s’est voulu rassurant jugeant cette annonce de l’Éducation nationale incompréhensible. Il s’est dit prêt à modifier la carte scolaire si nécessaire pour assurer le maintien de cette classe.

 

Le maire a indiqué que les travaux n’avaient pu être entrepris du fait d’un différend opposant la copropriété du domaine de Montbuisson et la commune. Un accord aurait enfin été trouvé pour une répartition des frais entre la commune et la copropriété et la réouverture devrait avoir lieu en 2018.

 

  • Question relative à la pelouse synthétique du terrain de foot des Arches.

Pascal Leprêtre rappelle que lors du dernier conseil municipal de décembre 2017, il avait interpellé le maire sur la dangerosité supposée des pelouses synthétiques, et donc de celle du stade des Arches. (lire la question posée au conseil municipal du 6 décembre 2017). Sans réponse concrète à sa question, il réitère sa question sachant que depuis sa question du mois de décembre ce sujet a été médiatisé et fait l’objet d’une polémique d’envergure nationale.(Lire notre article consacré à ce sujet en cliquant ici).

Le maire se dit sensibilisé à cette question. Il indique qu’il attend la remise d’un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) au gouvernement en juin pour prendre une décision qui impliquera des investissements importants pour la commune, 100.000 à 250.000€ selon la solution retenue, mais que la sécurité des utilisateurs du stade sera la priorité. Pascal Leprêtre demande si ces investissements potentiels seront inscrits au budget primitif qui sera présenté dans 15 jours. Le maire indique que non mais que si besoin un budget supplémentaire sera présenté au conseil ultérieurement pour faire face à ces dépenses.

Pascal Leprêtre souhaite qu’en attendant une information soit faite auprès des pratiquants du stade pour les sensibiliser aux risques potentiels et leur fournir quelques préconisations vestimentaires pour se protéger de la nocivité des substances caoutchouteuses. Boleslas Palewski, adjoint chargé des affaires scolaires, de la jeunesse et des sports indique à Pascal Leprêtre que suite à sa question du mois de décembre il a alerté l’AS Louveciennes sur cette question.

 

  • Incidents de séance

Deux incidents de séance sont malheureusement venus polluer ce conseil municipal donnant à celui-ci le caractère de scènes cinématographiques tragi-comiques :

Quand la droite se déchire façon « règlements de compte à Ok Corral » !

Nous ne reviendrons pas sur les bisbilles entre les deux listes de droite et les échanges stériles entre l’ancien maire UDI André Vanhollebeke et l’adjoint aux finances Pascal Hervier à propos de la gestion financière passée. Il est toutefois cocasse de constater que l’actuel adjoint aux finances est très critique vis à vis de la gestion passée de M. Vanhollebeke alors même que pendant près de 20 ans il faisait partie de son équipe et a voté sans sourciller l’ensemble des budgets proposé par ce dernier et ce jusqu’en 2013 ! Ces pénibles joutes verbales pendant les conseils municipaux sont encore plus surréalistes quand on connait ce contexte.

Monsieur Schweitzer ou « La grande évasion »… fiscale !

Enfin, l’intervention de Jean-Philippe Schweitzer, conseiller municipal de la majorité, concernant son statut de résident en Belgique et son régime fiscal en tant que résident secondaire à Louveciennes nous est apparu totalement déplacée. Son intervention qui portait uniquement sur sa situation personnelle au niveau fiscal n’avait nullement sa place dans une réunion d’un conseil municipal. Cette intervention inappropriée et irrespectueuse de notre assemblée municipale aurait mérité a minima un rappel à l’ordre du maire, ce qui n’a pas été le cas. Compte tenu de ces éléments et du fait que cet élu n’habite plus Louveciennes, sa démission s’impose.

 

Dangerosité supposée des pelouses synthétiques : le cas du stade des Arches

Dangerosité supposée des pelouses synthétiques : le cas du stade des Arches

A première vue, on dirait n’importe quel terrain de sport. Mais approchez-vous et regardez d’un peu plus près. Au ras de ce gazon à l’aspect parfait, des nuages de particules qui rebondissent partout, se glissent dans les chaussures, s’infiltrent sous les vêtements, collent à la peau des joueurs.

Ce n’est pas de la terre… mais des morceaux de vieux pneus déchiquetés. Ces granulats sont saupoudrés depuis des années sur ces nouveaux terrains de sport synthétiques : l’équivalent de 20 000 pneus par terrain ! Un habile recyclage de déchets ? Quelles conséquences pour l’environnement et la santé des joueurs ? 

Le magazine de France 2 Envoyé Spécial s’intéresse au sujet le jeudi 22 février. Pour découvrir un extrait de l’émission cliquez ici :Des terrains de foot synthétiques au gazon suspect -Voici les premières images d’une enquête d' »Envoyé spécial » diffusée le 22 février sur France 2.

A Louveciennes, ce sujet a été abordé lors du conseil municipal du 6 décembre 2017 à l’occasion d’une question diverse posée par notre conseiller municipal Pascal Leprêtre. Le stade des Arches est en effet équipé depuis quelques années d’un revêtement de ce type. Voici le texte de la question posée au maire à laquelle il n’a pas été donné suite par le maire: Aucune réponse sérieuse, aucune mesure de précaution mise en place. 

 

Monsieur le Maire, 

Une enquête publiée le mois dernier dans le mensuel So Foot révèle que plusieurs études pointent la dangerosité des pelouses synthétiques qui équipent de nombreux terrains de sport comme le stade des Arches à Louveciennes. Ce sont les granulés, issus de restes de pneus broyés qui contiendraient jusqu’à 190 substances toxiques ou cancérigènes.

Cet article s’appuie sur les recherches d’une universitaire américaine dont la chaîne américaine NBC s’était déjà fait l’écho en 2014. Cette universitaire aurait recensé d’après le magazine, 239 cas de cancer du sang chez des joueurs et joueuses ayant évolué sur ces types de terrain avec une plus forte proportion chez celles et ceux qui occupent le poste de gardien et se roulent donc plus souvent par terre.

La ministre des Sports, Laura Flessel, a récemment été interpellée par la vice- présidente du Sénat Madame Françoise Cartron par une question parlementaire parue dans le journal officiel lui demandant de prendre position « sur cette problématique de possible grande ampleur ».

En attendant la réponse de la ministre, la vice-présidente du Sénat suggère de sensibiliser aux risques que pourraient présenter ces revêtements artificiels. « Il faudrait dire aux personnes qui y jouent de porter des vêtements qui couvrent tout le corps, dire aux enfants de ne pas porter ces billes noires à leur bouche, vérifier la température au sol car on sait qu’à partir d’une certaine température cela peut se révéler toxique ». Par ailleurs, des élus d’EELV se sont prononcés en faveur d’une interdiction d’accès à ces stades.

Je souhaiterais savoir Monsieur le Maire, quelles mesures vous envisagez de prendre s’agissant de la pratique des activités sportives au stade des Arches ?

Pascal Leprêtre Conseiller municipal

Pour télécharger la question en PDF cliquez ici

Plan de circulation : que penser de la réunion publique du 13 février 2018 ?

Plan de circulation : que penser de la réunion publique du 13 février 2018 ?

Le maire LR de Louveciennes et sa majorité ont engagé une réflexion sur la circulation dans notre ville et ont fait appel pour ce faire à la société Abtoo, un bureau d’étude basé à Vénissieux, spécialisé notamment dans la simulation des prévisions de trafic. Une étude a été rendue il y a plusieurs mois et n’a fait l’objet depuis lors d’aucune présentation en conseil municipal. Il est à regretter l’absence de transparence sur ce dossier qui concerne la vie quotidienne de chacun. Ceci est d’autant plus regrettable qu’il est incongru de dissocier cette réflexion de celle de l’urbanisation de notre ville et par conséquent du plan local d’urbanisme que le conseil municipal vient d’approuver.

Sujet d’inquiétude pour beaucoup d’habitants, mais aussi de commerçants, la municipalité s’est trouvée contrainte d’organiser une réunion publique sur le sujet. S’agit-il pour autant d’une démarche de concertation ? Vraisemblablement non, la municipalité a visiblement déjà quelques scénarios en tête qu’elle mettra en application.

Cette réunion a eu lieu mardi 13 février et il est regrettable qu’elle ait été mal préparée au plan technique puisque le diaporama utilisé comme support de présentation, notamment les cartes visualisant le trafic, était quasiment illisible pour le public et même pour le prestataire sur la scène, qui a dû parfois vérifier des chiffres sur son rapport imprimé. Philippe Delarue, maire-adjoint chargé de la circulation, a indiqué que ce rapport serait mis en ligne, mais il n’était pas encore disponible 48 heures après la réunion publique.

Nous avons toutefois pu recueillir quelques informations dont voici un résumé.

 

Objectifs de l’étude

L’étude a été réalisée sur la base des données de circulation enregistrées sur une seule journée, un jeudi en juin 2016, et des objectifs fixés par la commune, à savoir :

  • améliorer la sécurité,
  • réduire la vitesse,
  • améliorer la fluidité,
  • améliorer le stationnement.

 

Informations recueillies

Après une trop longue présentation de la méthode plusieurs scénarios ont été présentés pour tenter de maîtriser les conséquences de l’augmentation du trafic attendue avec la mise en œuvre des différents aménagements prévus sur le territoire louveciennois : principalement les activités commerciales et tertiaires du site de Villevert et les projets de constructions immobilières à l’horizon 2025. Il est à noter que les projets des communes mitoyennes pouvant avoir des conséquences sur le trafic automobile dans Louveciennes ne peuvent pas être pris en compte.

La première information intéressante résultant des mesures de trafic réalisées en juin 2016 est que 49% du trafic à Louveciennes est constitué d’automobiles en transit, traversant la commune sans s’y arrêter, le reste – 51% – se partageant entre le trafic d’échange, automobiles traversant la ville en s’y arrêtant, pouvant contribuer au commerce local, et le trafic interne à la commune.

Quelques données chiffrées ont été communiquées verbalement durant l’exposé :

  • le flux de la N186 peut atteindre 50.000 véhicules/jour,
  • le flux du centre village varie de 1400 à 4000 véhicules/jour,
  • l’augmentation de flux généré par le site de Villevert serait de 1600 véhicules/jour, celui du programme immobilier des Plains Champs partie basse de 900 véhicules/jour et celui de la partie haute 600 véhicules/jour,
  • les excès de vitesse sont quasi systématiques puisque 85% des automobilistes dépassent les vitesses autorisées de 5 à 25 km/h selon les endroits.

En conservant le plan de circulation actuel les simulations faites par le bureau d’étude Abtoo à partir des prévisions d’augmentation de trafic indiquent que le trafic rue du Maréchal Joffre – rue abondamment citée durant la présentation – augmenterait de 95%, de nombreuses autres artères verraient leur circulation augmenter de plus de 50%.

Les propositions du bureau d’étude ont pour objectif de modifier les cheminements du trafic de transit afin que ce trafic ne vienne pas automatiquement traverser le centre village. Ainsi par exemple il est proposé de décourager les automobilistes d’emprunter la rue du Maréchal Joffre en sens descendant et dérouter ce trafic vers la N186, l’avenue Saint-Martin puis la rue de la Princesse, ou vers la rue de l’Étang puis la rue du Pont.

Nous indiquons ci-après les propositions du bureau d’étude que nous avons pu noter, qui ne sont exhaustives de celles figurant dans le rapport non encore rendu public.

Scénario 2A

  • fluidifier le trafic rue de la Princesse, qui est une route départementale, pour que les automobilistes empruntent de préférence ce cheminement plutôt que de passer dans le centre village ; cela passerait par la suppression des « alternats » (obstacles à la circulation) que présentent aujourd’hui les places de parking le long de la rue de la Princesse ; des dispositions devront être prises pour faire respecter la vitesse maximum autorisée ;
  • mettre en sens unique le goulet de la rue du Général Leclerc dans le sens mairie vers l’église ;
  • mettre en sens unique le goulet de la rue du Professeur Tuffier vers la place des Anciens Combattants ;
  • mettre en sens unique la boucle autour de la résidence du parc du château ;
  • mettre en sens unique la rue Saint-Michel dans le sens descendant.

Scénario 2B

Un scénario 2B complète le 2A en y ajoutant la mise en sens unique du haut de la rue de Montbuisson en sens montant.

Scénario 2C

Un scénario 2C complète le 2B en y ajoutant la mise en sens unique du haut de la rue du Maréchal Joffre vers la N186.

Conclusion

Toutes les propositions citées restent pour l’instant des pistes. Le maire et son maire-adjoint chargé de la circulation ont assuré dans leur discours qu’aucune décision n’avait été prise à ce jour pour mettre en œuvre les mesures proposées. Les Louveciennois qui se sont déplacés à cette réunion publique sont repartis sans que nos élus aient exprimé la moindre opinion, à l’exception de la mise en sens unique de la rue de Voisins – d’ici quelques semaines – mesure nécessaire afin de libérer suffisamment d’espace pour le déroulement du chantier de construction sur les anciens tennis ; une communication sera faite prochainement sur cette disposition qui permettra de tester l’efficacité du (des) sens unique(s) mis en place. Une nouvelle réunion publique sera probablement nécessaire quand nos élus auront décidé du futur plan de circulation.